Édito

 

L’idée inquiète, le vivre est souvent indicible, et quand on l’a subi, en parler à voix haute demande un courage sans nom. Les titres même des deux œuvres de cette séance, Pour ne plus taire les jours où et Le sous sol de nos démons, choisissent de ne pas le nommer, sans doute pour ne pas repousser l’auditeur / spectateur. Car c’est là l’effet du tabou autour de l’inceste : ce que ce mot contient de charge (morale, émotionnelle) crée du silence, et c’est ce silence fait perdurer les violences.

Comment alors rédiger ces quelques lignes, cet « édito » comme on l’appelle, dont le but de faire venir un public à la rencontre de ces œuvres ? Comment « communiquer » alors que le sujet même est si difficile ne serait-ce qu’à évoquer ? Tout simplement en vous demandant, pour une fois, de bien vouloir écouter. Écouter tout d’abord la parole des victimes, qui, quoiqu’il en soit, doit rester au centre.

Mais « Les monstres ça n’existe pas. C’est notre société. C’est nous, nos amis, nos pères. » disait Adèle Haenel. Donc, aussi, tenter d’écouter la parole des agresseurs, ceux dont on ne sait que faire une fois le crime commis et « payé », tenter d’aller à la racine de ce mal afin de peut-être trouver les chemins possibles du soin.


Pour ne plus taire les jours où, d’Aude Rabillon

Parole à voix nue et ses résonances | 2021 | 25 min | pièce composée pour le disque Terre de feu, Jef Klak

 

L. s’est emparée du dispositif d’écoute et d’enregistrement que je lui ai tendu pour penser, énoncer, l’inceste qu’elle a subi. Elle perce les couches de silence et fait entendre la violence qui se propage en elle, et qui nous est impartie.

 

je te raconte / le jour où
pour ne plus taire / les jours où
pour tenir haut la tête / enfin
j’enregistre
les traces / dans tes silences
de nos silences / qui restent
dans nos corps / de femmes

 

Pour ne plus taire est un cycle de pièces sonores débuté en 2020 qui creuse à faire surgir les silences et les non dits autour des injonctions sexistes et des violences patriarcales que l’on incorpore. S’en faire chambre d’échos, en amplifiant les paroles non entendues et enfouies. Retourner le geste : faire de ce que nous subissons une force pour avancer, une puissance pour agir.

 

Compositrice électroacousticienne, Aude Rabillon tend son micro pour récolter les paroles derrière les silences, les éclats de voix, les bruissements, affectionnant tout ce qui (se) décale et nous déplace, écoutant. S’attachant à les amplifier, elle cherche à les tisser ensemble jusqu’à ce qu’ils trouvent leur place et leur juste résonance. Elle collabore au collectif Jef Klak, et produit avec la chercheuse Juliette Volcler « radio renversée », émission de critique sociale et de création sonore.

En savoir plus

Diffusion
2021 • Festival de documentaire Ty films (Mellionnec)
2021 • Festival de documentaire Les Yeux Ouverts (Paris)
2021 • Café de la loire (Paimboeuf)
2022 • La Parole Errante Demain (Montreuil)

Le sous sol de nos démons de Fanny Fontan

Documentaire | 2021 | 52 min

Synopsis : Tous les jours Magali, psychologue, écoute les récits de pédophiles, au sein du CRIAVS (Centre de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles). Tous les jours, Mathieu, psychiatre, tente, lui, de convaincre hors des murs, pour créer un numéro unique pour pédophiles afin d’éviter les passages à l’acte.

 

 

Fanny Fontan est auteure et réalisatrice de films documentaires. Son œuvre compte notamment : N’en parle pas c’est un secret (2018, 52 min, France 3), Quartiers nord, au delà de la cité (2017, 52 min, France 3), Le système G (2016, 52 min, France 3 PACA) et Chypre, la crise invisible (2015, 52 min, France 3 ViaStella).


Informations pratiques

Rejoindre l’événement Facebook

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance.

Nous pratiquons le prix libre (chaque personne paie ce qu’elle veut/peut/estime juste).

Nous croyons au prix libre comme possibilité pour chacun·e de vivre les expériences qui l’intéressent et de valoriser le travail accompli comme il lui paraît bienvenu. L’adhésion à l’association est nécessaire pour assister aux projections, elle est accessible à partir de 6€ et valable sur une année civile.

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte