Édito

 

Des films sous l’escalier est un rendez-vous mensuel, dont la programmation gravite autour du cinéma dit « de genre ». La définition ici est large, et ne saurait être limitée à une seule catégorie. On y retrouvera donc du cinéma d’horreur, de science-fiction, fantastique, jusqu’au film noir. De la série B à Z, du mainstream au patrimoine, nombreuses sont les productions qui se sont emparées des genres. Ces films, autrefois mal aimés, aujourd’hui élevés pour certains au rang de fétiches, renvoient à notre humanité profonde, mobilisant à l’extrême notre empathie. Ainsi cette sélection sera l’occasion de nous tourner vers l’autre, afin de nous rassembler et d’appréhender le monde au travers de ces films, rangés sous l’escalier.


Carrie au bal du diable de Brian De Palma

1976 | 1h38 | États-Unis | VOSTFR

Synopsis : Tourmentée par une mère névrosée et tyrannique, la vie n’est pas rose pour Carrie. D’autant plus qu’elle est harcelée et violentée par des filles du collège. Elle ne fait que subir et ne peut rendre les coups, jusqu’à ce qu’elle ne se découvre un étrange pouvoir surnaturel.


Neila Czermak Ichti

Neïla Czermak Ichti est né en région Parisienne en 1996, vit et travaille à Marseille, et vient d’être diplômé de l’École des Beaux-Arts de Marseille il y’a un an.
Grâce au dessin et à la peinture, Neïla décrit sa famille au sens large, en construction et déconstruction permanente. La représentation de scènes, en apparence quotidiennes et banales, raconte ses croyances et cultures, et revêtent des dimensions cachées, magiques, et invisibles. L’impact des films d’horreur, de science-fiction, et de la bande-dessinée occupe notamment une place importante dans l’esthétique de son travail.

Son Instagram: @alienhabiti

Galeries l’ayant accueillie:
Sissiclub – Marseille
Anne Barrault – Paris: 2021 / 2022

 

Pourquoi Carrie ?

 

« La première fois que j’ai entendu parler de Carrie au bal du diable j’avais 11 ans, ma mère m’en avait parlé d’une façon que j’avais trouvé très mystérieuse, chose qu’elle savait beaucoup trop bien faire. Elle appuyait sur le fait que c’était un film qui l’avait marquée et qu’apparemment elle aimait, tout en ayant l’air affectée, et en ne finissant jamais ses phrases. Elle n’en avait rien dévoilé au final, je savais juste que c’était un film d’horreur et qu’il portait le nom d’une fille. Je demandais à le voir ce à quoi elle me répondit qu’il fallait que j’attende encore 2 ans. C’était suffisant pour que ce film m’obsède pendant les deux années d’attente méticuleuses qui suivirent. Au halloween de mes 13 ans, de manière très solennelle je décidais de réunir mes quelques copines pour regarder ce film autour duquel j’avais eu le temps de me créer tout un mythe sans aucune information. Fraichement téléchargé de Limewire, lumières éteintes, j’étais prêt·e pour le baptême des 13 ans.

Je ne sais pas si c’est toute cette cérémonie préalable qui a rendu ce film important pour moi, ou si j’avais justement pressenti qu’il allait l’être, mais j’ai la chance d’encore le porter dans mon cœur aujourd’hui. Je sentais la première scène se graver dans ma rétine et ma mémoire en direct, elle décrivait la violence de la puberté qui nous guettait tous.tes. La cruauté des camarades de Carrie faisait écho direct au harcèlement que nous vivions toutes les deux, l’un.e au collège et l’autre au lycée. Le film était trop précis, la tension qui l’accompagnait de son foyer jusqu’à l’école, les mimiques des filles populaires, la pitié mélangée au mépris, le mutisme et les regards fuyants, les courts fantasmes qu’elle s’autorisait à faire flotter dans les airs avant qu’ils s’écrasent comme des mouches. Je voyais les images dérouler sous mes yeux comme une prophétie. Et enfin, une possible omnipotence, puis le sang, le cataclysme résultant de toute la douleur d’une adolescente, le rêve de faire payer les agresseurs. La douleur qui hante, de mère en fille et qui continue de hanter les autres. »

Neïla Czermak Ichti

Sa sélection DVD

 


Informations pratiques

Rejoindre l’évènement Facebook

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance.

Nous pratiquons le prix libre (chaque personne paie ce qu’elle veut/peut/estime juste).

Nous croyons au prix libre comme une possibilité pour chacun·e de vivre les expériences qui l’intéressent et de valoriser le travail accompli comme il lui paraît bienvenu. L’adhésion à l’association est nécessaire pour assister aux projections, elle est accessible à partir de 5€ et valable sur une année civile.


Toutes les séances Des films sous l’escalier

 

Des films sous l'escalier #1 | Les chasses du comte Zaroff
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Les chasses du comte Zaroff de Irving Pichel et Ernest B. Schoedsack | 1932 | États-Unis | 1h05

 

Des films sous l'escalier #2 | Knives and Skin
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Knives and Skin de Jennifer Reeder | 2019 | 1h52 | VOSTFR

 

 

Des films sous l'escalier #3 | Le silence des agneaux
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Le silence des agneaux de Jonathan Demme | 1991 | États-Unis | 1h58 | VOSTFR | pellicule 35mm

Des films sous l'escalier #4 | Ginger Snaps
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Ginger Snaps de John Fawcett | 2000 | Canada / États-Unis | 1h48 | VOSTFR

 

Des films sous l'escalier #5 | Jennifer's Body
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Lagi Senang Jaga Sekandang Lembu de Amanda Nell Eu | 2018 | 20 min | VOSTEN

Jennifer's Body de Karyn Kusama | 2009 | 1h47 | VOSTFR

Des films sous l'escalier #6 | Delinquent Girl Boss: Worthless to Confess
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Delinquent Girl Boss: Worthless to Confess de Kazuhiko Yamaguchi | 1971 | 1h26 | VOSTFR

Des films sous l'escalier #7 | Double features: Steel & Iron
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Duel de Steven Spielberg |1971 | 1h30 | VOSTFR

Tetsuo, The Iron Man de Shinya Tsukamoto | 1994 | 1h07 | VOSTFR

Des films sous l'escalier #8 | Seoul Station
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Seoul Station [서울역] de Sang-ho Yeon | 2016 | 1h32 | VOSTFR

Des films sous l'escalier #9 | Dragon Inn
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dragon Inn de King Hu | 1967 | 1h41 | VOSTFR

Des films sous l'escalier #10 | Jin-roh, la brigade des loups
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Jin-roh, la brigade des loups de Hiroyuki Okiura | 1999 | 1h40 | VOSTFR | [sous réserve]

Des films sous l'escalier #11 | The Host
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

The Host de Bong Joon-ho | 2006 | Corée du sud | 1h59 | VOSTFR | pellicule 35mm

Des films sous l'escalier #12 | Carte blanche à Elizabeth Holleville
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

The Descent de Neil Marshall | 2005 | États-Unis | 1h39 | VOSTFR | [sous réserve]

Des escaliers sous les films #13 | Sorry to Bother You
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Sorry to Bother You de Boots Riley | 2018 | États-Unis | 1h52 | VOSTFR 

Des films sous l'escalier #14 | People Under the Stairs de Wes Craven
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

People Under the Stairs de Wes Craven | 1991 | 1h42 | États-Unis | VOSTFR

Des films sous l'escalier #15 | Hausu de Nobuhiko Ôbayashi
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Hausu (House) de Nobuhiko Ôbayashi | 1977 | 1h28 | Japon | VOSTFR

Des films sous l'escalier #16 | Carte Blanche à Neila Czermak Ichti
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Carte Blanche à Neila Czermak Ichti

Carrie au bal du diable de Brian De Palma | 1976 | 1h38 | États-Unis | VOSTFR | [sous réserve]

CORALINE
Des films sous l'escalier #17 | Coraline de Henry Selick
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Coraline de Henry Selick | 2007 | 1h40 | États-Unis | VOSTFR

Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte