Rencontres sensorielles entre des films au geste franc et des performances sonores, MAGMA est ce surgissement de force contenue, puissance tapie dans nos profondeurs pour convoquer la violence du monde et son envers. MAGMA c’est un mélange de langues, de sons, d’images « de rien », d’images « de tout ».


Duo Damien RAVNICH & François ROSSI

(sous réserve)


Elephant

de Alan Clarke, 1989, 39 min

On aurait pu croire que le cinéaste anglais réitérerait encore une fois dans le domaine du pamphlet social, dénonçant, avec sa mise en scène habituelle, proche du documentaire, les torts et les travers de son pays, des institutions, à l’origine de la guerre civile. Il n’en est rien. Elephant dépasse son sujet et les idéaux de son auteur. Les premières minutes s’ouvrent sur un homme qui marche. La caméra ne le quitte pas, le suivant pas à pas, comme dans un jeu vidéo. Grand angle, courte focale, décor hostile aux perspectives démesurées. Nul besoin de chercher plus loin l’inspiration principale du Elephant de Gus Van Sant (2003). Même sobriété, même enfermement sensitif et mental, même violence souterraine, murmurante, qui ne demande qu’a émerger à la lumière du jour.


Le Sacre du Printemps

de Pina Bausch (Tanztheter Wuppertal), 1975, 37 min

Il y a un centre autour duquel se déroule l’action. Il fait chaud, la tension entre hommes et femmes est palpable et quelqu’un doit consentir à un sacrifice. « Le Sacre du printemps ne comprend pas d’intrigue » nous dit le compositeur Stravinsky. Les interprètes de Pina Bausch dansent jusqu’à l’épuisement. Vêtus de peu, la terre noire leur colle à la peau. Oui, jusqu’au point où ça commence à faire mal. Juste avant la Première Guerre mondiale, la création en 1913, au Théâtre des Champs-Élysées, fut un scandale retentissant qui marqua le début de la danse moderne, du moins celle du XXe siècle. Parce que le scandale fut si éclatant, la chorégraphie de Nijinski tombait presque dans l’oubli et devenait, à tort, secondaire. La musique de Stravinsky, en revanche, s’imposa et fut interprétée par d’autres chorégraphes célèbres, parmi eux Martha Graham et Maurice Béjart.


Partager cette séance

Partager l’évènement Facebook


Tarif de la séance

PRIX LIBRE entre 5 et 10 euros

Adhésion annuelle obligatoire de 5 euros (année civile)

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


Pour vous souvenir de cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte