Le programme cinématographique de Traits d’union.s présente une sélection de films réalisés ou sélectionnés par des participants de la biennale.  Nombre d’entre eux travaillent vidéo et performance, mais inscrivent leur travail dans des pratiques collectives et militantes. Si de nombreux films ont finalement été un refuge durant la pandémie, la salle de cinéma permet cette expérience collective qu’on appelle cinéma. Manifesta 13 Marseille collabore ainsi avec Videodrome 2 pour présenter des œuvres de James Benning, Dennis Cooper & Zac Farley et Trinh T. Minh-ha ainsi qu’une programmation commissionnée par Tuan Andrew Nguyen et le Center for Creative Ecologies.

> lire la suite


 

The Mermaids, or Aiden in Wonderland

de Karrabing Film Collective, 2018, Aborigène/Australie, 26 min

Les sirènes, ou Aiden au pays des merveilles offre un paysage futuriste dépouillé dans lequel des populations non Indigènes luttent pour leur survie, dans un environnement extérieur devenu toxique en raison de l’extraction des ressources et de la pollution industrielle.

Dans un futur pas si lointain, les Européens ne parviennent plus à survivre pour de longues périodes à l’extérieur, alors que les populations indigènes le peuvent encore. Aiden, adopté par une famille blanche, est emmené en voyage, explorant les deux perspectives possibles. Le film le plus déroutant parmi ceux du Karrabing Film Collective est aussi le plus expérimental sur le plan stylistique.

Le Karrabing Film Collective (est. 2008) est un groupe primé d’une trentaine de cinéastes et d’artistes qui utilisent leurs pratiques esthétiques à des fins d’auto-organisation et d’analyse sociale. La plupart des Karrabing sont Indigènes et vivent dans une communauté rurale du nord-ouest de l’Australie. Dans la langue indigène de l’Émirat, Karrabing signifie “marée basse“. Ce terme fait référence à un moment de rassemblement, ainsi qu’au littoral qui relie le Karrabing Film Collective en tant que groupe familial élargi au-delà des lignes sociales. Leurs films et installations ont été présentés lors de biennales, de festivals de cinéma et d’expositions dans le monde entier.


Guardian of Corn

de Antonio Paucar, 2013, Perou, 3 min

Paucar est né à Huancayo, au Pérou, en 1973. Jeune homme, il a suivi une formation d’apiculteur, puis a étudié les beaux-arts à l’UdK de Berlin ainsi qu’au Chelsea College of Arts and Design de Londres. Il vit et travaille à Berlin et dans les Andes péruviennes, et les aller-retours entre ces deux cultures différentes ont été au cœur de son travail. Il croise et échange constamment les références et les relations de son identité multiculturelle.

Le cœur du travail de Paucars réside dans ses performances dans lesquelles il crée un corps dense de lectures qui dépassent le langage. Dans ses vidéos et ses performances, Paucar communique par les déplacements de son corps dans l’espace. Des mouvements très concentrés et subtils à travers des espaces naturels ou urbains et des lieux publics délimitent un monde imaginaire intense, chargé de lectures symboliques et culturelles. Le sens de son travail se trouve dans la mise en scène poignante de la différence culturelle.


Destinies Manifest

de John Jota Leaños, 2017, USA, 7 min

John Jota Leaños combine fouille culturelle et création artistique pour déchiffrer des histoires non écrites, qu’il transforme ensuite en animations de fiction et de non-fiction. D’origine mexicano-italo-amérindienne, il s’identifie comme faisant partie d’une tribu qu’il appelle “Mexitaliano Xicangringo Güeros” ou “Los Mixtupos”. Leaños s’efforce d’enquêter sur et de révéler les différentes injustices sociales, politiques et économiques auxquelles les Chicanos sont confrontés au quotidien.

“Pour Destinies Manifest (une animation numérique de 7 minutes), les personnages sont des spectres plutôt que des figures incarnées pour montrer et illustrer la résistance – résistance autochtone, résistance métisse – et aussi l’adaptabilité, c’est-à-dire comment les gens vivaient avant l’arrivée du “progrès américain””, a déclaré M. Leaños.


Dislocation Blues

de Sky Hopinka, 2017, Ho-Chunk/Pechanga/Luiseño, 17 min

Dislocation Blues esquisse une réflexion libre et très personnelle sur la manifestation de Standing Rock dans le Dakota du Nord – un rassemblement historique de communautés indigènes et d’alliés qui se sont solidarisés pour résister à la construction du gazoduc Dakota Access en 2016-17. Narré par les voix des participants Terry Running Wild et Cleo Keahna, le film tire des réflexions contemporaines et rétrospectives sur ce à quoi ressemblait la participation à cette communauté diversifiée, et sur sa signification


L’équipe artistique de Manifesta 13 Marseille, composée de Katerina Chuchalina, conservatrice en chef de la Fondation V-A-C, Moscou, Stefan Kalmár directeur de l’ICA, Londres et Alya Sebti, directrice de l’ifa gallery, Berlin, est heureuse d’annoncer les 46 participant·e·s de Traits d’union.s, l’exposition centrale de la biennale, ainsi que les différents chapitres qui la composent : La Maison, Le Refuge, L’Hospice, Le Port, Le Parc et L’École qui ouvriront progressivement, les uns après les autres, entre le 28 août et le 9 octobre 2020. L’intégralité de l’exposition sera visible du 9 octobre jusqu’au 29 novembre 2020.
L’équipe artistique de Manifesta 13 Marseille déclare :
« Marseille est marquée par les transitions : lieu d’arrivées et de départs continus, à la fois échappatoire et sanctuaire. Mais Marseille est aussi l’incarnation de résistances car souvent le théâtre de moments uniques de tensions fécondes. Marseille est une ville exceptionnelle au sein de la matrice européenne puisqu’irrésolue – une ville en perpétuel mouvement, tournoyant autour de multiples centres, aussi bien historiques qu’informels. Ses innombrables histoires, biographies et anecdotes donnent forme à ses multiples existences. Marseille résiste à toute tentative de catégorisation, sa singularité résidant dans son identité hétérogène. »
Traits d’union.s propose de forger de nouvelles alliances, pratiquer de nouvelles formes de vivre-ensemble en travaillant avec, au sein et au travers d’institutions déjà existantes à Marseille. En imprégnant ces espaces existants de voix différentes, l’équipe artistique souhaite déployer, dans l’enceinte de ces institutions mais aussi à l’extérieur, le champ des possibles, en suivant le fil de leurs récits ; afin d’y proposer un autre rapport au public, qui soit peut-être plus ouvert, plus perméable, voire plus vulnérable, et plus à même de répondre aux défis du XXIe siècle.

Partager cette séance

Partager l’événement facebook


En partenariat avec


Tarif de la séance

PRIX LIBRE
Nous souhaitons que le cinéma demeure accessible à toutes et tous. Nous souhaitons pouvoir porter la singularité de notre modèle de diffusion non commercial.
La curiosité et le plaisir des images ne doivent pas être un privilège.
Si nous conseillons un prix, 5 euros (celui que nous appliquions jusqu’à présent), ce sera prix libre à partir de janvier 2020, pour toutes les séances organisées et portées par l’équipe de Videodrome 2, signalées en conséquence dans nos supports de communication.

Adhésion annuelle non-obligatoire de 5 euros (de date à date) pour les séances liées à Manifesta.

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


Pour vous souvenir de ces séances, vous pouvez les ajouter à votre agenda

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte


Toutes les séances de Manifesta au Videodrome 2

Film Session #3 : Une proposition du Center for Creative Ecologies | Manifesta Film Program – Traits d’union.s
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre de Manifesta 13 Marseille
[ Manifesta Film Program – Traits d’union.s | Une proposition du Center for Creative Ecologies ]
En présence virtuelle de T.J Demos

Reclamation de Thirza Jean Cuthand, 2018, 13 min
The Great Silence de Allora and Calzadilla, 2014, Puerto Rico, 16 min
A Pluriverse of Polyps d'Isabelle Carbonell, 2020, 10 min
Songs for Earth and Folks de Cauleen Smith, 2013, USA, 11 min
Coordinates de Woodbine Collective, 2018, USA, 7 min

Film Session #3 : Une proposition du Center for Creative Ecologies | Manifesta Film Program – Traits d’union.s
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre de Manifesta 13 Marseille
[ Manifesta Film Program – Traits d’union.s | Une proposition du Center for Creative Ecologies ]

The Last Angel of History de Black Audio Film Collective, Lina Gopaul/John Akomfrah, 1995, USA, 45 min
Wakening de Danis Goulet, 2013, 9 min
Into the Future de Woodbine collective, 2018, USA, 6 min

Film Session #3 : Une proposition du Center for Creative Ecologies | Manifesta Film Program – Traits d’union.s
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre de Manifesta 13 Marseille
[ Manifesta Film Program – Traits d’union.s | Une proposition du Center for Creative Ecologies ]

The Mermaids, or Aiden in Wonderland de Karrabing Film Collective, 2018, Aborigène/Australie, 26 min
Guardian of Corn de Antonio Paucar, 2013, Pérou, 3 min
Destinies Manifest de John Jota Leaños, 2017, USA, 7 min
Dislocation Blues de Sky Hopinka, 2017, Ho-Chunk/Pechanga/Luiseño, 17 min


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte