Le MUFF, c’est l’amour, du poétique, du pornographique, du beau, du politique, du bizarre, du comique, du romantique, du violent, du sibyllin, du féministe, du laid, de l’occulte, du contemplatif, du pauvre, du spirituel… des souterrains. Les rebuts, les parias, les boiteux, les très vieux, les anonymes, …Le cinéma et la musique laissés sur le bord de la route, mais qui continuent de naviguer, hors du circuit.

Le festival MUFF connaitra sa 3ème édition du 24 au 28 octobre prochain, et fait une fois de plus le pari d’une programmation de répertoire ou inédite. Ainsi l’expérimental culte côtoiera le gore en passant par le film  cameraless et les performances visuelles et sonores proposées traverseront, comme les années précédentes, tout un pan des scènes d’avant-garde et d’esthétiques underground.
Comme nous l’avions évoqué dans notre édito 2017, nous souhaitons encore et toujours en 2018, coupler à l’indéniable dimension de divertissement d’un tel évènement, une dimension politique que nous considérons comme absolument nécessaire aux formes d’art que nous défendons. Ainsi, alors que les temps sont durs et que l’horizon s’obscurcit de jour en jour pour certainEs, ici et ailleurs, nous voulons que cette programmation reflète également nos valeurs et nos aspirations.

VIVA EL MUFF !


11h30 – Ciné Brunch !


Hollywood Burn
Soda_Jerk –  2006, Australie, 52 mn, VoSTFR

Hollywood Burn est un film épique anti-copypright construit entièrement à partir d’échantillons piratés des archives hollywoodiennes. Le récit oppose une ligue de pirates de la vidéo à un méchant tyran, Moïse, et ses commandements. Déterminés à changer le présent en altérant le passé, les pirates voyagent dans le temps jusqu’à l’année 1955 afin de construire l’arme ultime : un clone vidéo d’Elvis Presley.

À cheval entre cinéma trash et manifeste du remix, Hollywood Burn adopte les réponses tactiques du parasite, en se nourrissant du corps d’Hollywood et en utilisant ses codes cinématographiques. Le casting involontaire inclut Elvis Presley, Charlton Heston, Monkey Magic, Bette Davis, Batman, Les Dents de la mer, Jésus, Hulk, David Hasselhoff et les Ghostbusters.

Soda_Jerk, duo composé des sœurs Dan et Dominique Angeloro, trouve ses racines dans la communauté électro de Sydney, et adapte depuis 16 ans maintenant la technique du sampling – échantillonnage sonore – à l’image. En véritable « pirate du pixel », Soda_Jerk explore nos cultures de l’écran, du collage dada, au détournement situationniste en passant par le cut-up, et s’emploie à remixer high et low culture pour fabriquer de nouvelles narrations, combiner passé et futur afin d’ouvrir de nouveaux possibles. Cultivant le concept « des destinées alternatives » de Sun Ra, c’est-à-dire assembler des morceaux du passé pour créer de nouvelles réalités, elles subvertissent l’image pour en proposer des contre-mythologies. Telles des archéologues modernes, elles décryptent les codes sémantiques de l’échantillon prélevé pour mettre en exergue ses dynamiques latentes et cachées. Leur savoir-faire des procédés de post-production, à l’empreinte DIY, reprogramme l’image, et les scénarios contaminés sont transposés dans de nouveaux films à mi-chemin entre le documentaire et la fiction spéculative. À grand renfort d’humour, Soda_Jerk questionne les images, leur circulation et leur réception, articulant ainsi la fabrication d’un discours politique. Entre art vidéo et film de genre, Soda_Jerk nous propose d’embrasser leur gimmick préféré : Hack the planet !

 

 

14h00 : Courts-métrages de la sélection MUFF 2018 (12 films, 2h00)

Pour son troisième appel à films courts, le MUFF a reçu 514 films.
La sélection a donc été longue, difficile, parfois douloureuse mais surtout passionnée ! Elle est allée vers des coups de coeur, vers des films ayant peu circulé par ici, des cinéastes et des artistes que nous ne connaissons pas forcément, des interpellations sonores, de l’inconfort ou de la poésie.

Bref, voilà, c’est notre sélection de 15 films  en 2 programmes : SURVIVANCE et DESTRUCTION

 

PROGRAMME SURVIVANCE(S) (61′)

MAY DEVOTIONS TO THE BLESSES VIRGIN MARY
Piotr Piasta – 2016, Pologne, couleur, sonore, vosteng, num, 6 min
,
Fragments de rituels perpétués au mois de mai par les  habitantes de Wieniawa, village situé au centre de la Pologne.

THE BIG GUY IS HERE
Antoine Hervé – 2016, France, couleur, sonore, vostfr, num, 15 min
Un huis clos improbable ponctué de flash-back dans l’ambiance mafieuse de la campagne du Hebei (Chine) pendant le nouvel an chinois.

THE EVANESCENT
Ivetta Sunyoung kang –  2017, Canada, couleur, sonore, num, 5 min
Ce que vous voyez initialement n’est pas ce dont vous vous souvenez. Les formes commencent à vibrer. Les frontières des figures commencent à se mêler aux environs. Les couleurs perdent leur originalité. Votre présent commence à dessiner un cadre perceptuel à partir de ce que vous expérimentez physiquement. Vous êtes en train de devenir l’intérieur du cadre, lui donnant un nouveau phénomène.

DAILIES FROM DUMPLAND 5
M. Woods –  2017, Etats-Unis, couleur, sonore, num, 7 min
,
J’arrive pas à retirer ce putain de masque de Trump de mon visage.

PORTRAIT OF JONAS MEKAS (Feat. Marta Minujín’s «Parthenon of Books», Irena Haiduk’s «Spinal Discipline»)
Tobias Sauer – 2017, Allemagne, couleur, sonore, num, 3 min
Avant de devenir une icône de l’avant-garde américaine, Jonas Mekas, qui a fui la Lituanie durant la Seconde Guerre Mondiale, a vécu dans un camp de réfugié à Kassel-Mattenberg, Allemagne. Pendant cette période, il a acheté beaucoup de livres, et la librairie de Kassel « sa deuxième maison ».

DYKE IN SIGHT
Carleen Maur – 2018, USA, couleur, sonore, voeng, num, 4 min
Une lettre d’amour lesbienne : des paysages, des limites du langage et… du cul.

POKHOT
Juan José Pereira et Tomás Faiman –  2017, Argentine, couleur, sonore, vostfr, num, 21 min
,
Pokhot, c’est l’histoire de deux personnes qui ne se connaissent pas mais qui, bien que l’un étant un « taxiboy » vénézuélien, et l’autre un ukrainien orthodoxe, ont beaucoup en commun. Plus qu’un choc des cultures, il s’agit d’une réflexion sur la promiscuité et la distance entre deux êtres.

 

 

PROGRAMME “DESTRUCTION” (48′)

WE LOVE ME
Naween Noppakun – 2017, Thaïlande, couleur, sonore, vostfr, num, 13 min
Le temps et l’espace fortement compressés dans lesquels vivent toutes les images issues  de ma mémoire. Elles proviennent de tous les médias disponibles, du passé au présent, des yeux et des voix des autres, ainsi que des miens. Peut-être qu’après avoir regardé le film, ce qui pourrait rester dans notre mémoire pourrait être le «vrai bonheur du thaï», celui auquel nous ne pouvons pas parler mais que nous percevons.

DRAG
Bea Haut – 2017, Royaume Uni, couleur, sonore, 16mm, 5 min
La performance et le film se conjuguent pour mettre en évidence une réponse poétique à un vieux canapé abandonné dans la rue.

TRILOGIE CARNASSIÈRE (1)
Carole Thibaud – 
2018, France, couleur, sonore, 16mm, 3 min
Film fabriqué à la tireuse optique JK à partir de 30 mètres de 16mm couleur, filmés dans une petite ferme du Maine-et-Loire. Il a été copié, re-copié, découpé, monté, parfois malmené, pour tenter de faire ressortir le pictural et le musical d’images de lutte et de sang. 

LE PROCES
Alexandra Bouge – 2017, France, couleur, sonore, vostfr, num, 13 min
La fin de la dictature de Ceausescu.

WHITE TRASH
Jeff Zorrila – 2018, Argentine, couleur, sonore, num, 3 min
« Nous manipulons ces images pour exprimer notre réaction viscérale en tant que cinéastes et artistes à l’inauguration de Donald Trump en tant que président des États-Unis, la conclusion désastreuse mais logique d’un système qui finalement implose sous nos yeux. »

COVE
Natasha Cantwell –  2016, Australie, couleur, sonore, num, 5 min
Cove explore l’isolation sociale en milieu urbain. Des résidents d’un même voisinage, corps maladroits, accomplissent des tâches sans jamais interagir ni se rencontrer.

KOKORO
Lisa Corporan-Batista – 2018, USA, couleur, sonore, num, 29 sec
Un cœur est écrasé.

ZOMBIE QUEER PUNK URBAN POST PORN HORROR SHOW
Tchivett – 2017, Allemagne, couleur, sonore, num, 6 min
A Berlin, la gentrification se propage à vitesse grand V, des morts vivants apparaissent autour de sites de construction. Des corps exploités, épuisés, mais pourtant toujours animés par l’envie d’amour et de niquer ce paysage capitaliste apocalyptique.

 

17h : MUSIC IN FILMS #1 : Les Blank


Dry Wood
Les Blank, 1973, USA, 37 mn, VoSTFR

Au moment des festivités de Mardi Gras, scènes de vie rurale d’une communauté de Créoles noirs de
Louisiane. Avec la musique de “Bois Sec” Ardoin (accordéon) et Canray Fontenot (violon).

 

Sprout Wings and Fly
Les Blank, 1983, USA, 30 mn, VoSTFR

On découvre Tommy Jarrell, violoniste et banjoïste des Appalaches, son entourage, sa musique, ses
histoires.

Biographie de Les Blank

Le bluesman Lightin’ Hopkins, les cajuns de la Louisiane, les mexicains-américains de la frontière
texane, l’ail, les femmes aux dents de devant écartées.. sont quelques-uns des thèmes abordés par Les
Blank (1935-2013). Cuisine, musique, travail et nature sont les motifs de portraits intimes et drôles,
filmés avec jeu et audace.

 

 

POUR AUJOURD’HUI, LA SUITE DU MUFF, C’EST A L’EMBOBINEUSE


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès

 


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte