Manifestation organisée par Grains de Lumière, conçue et réalisée par Mireille Laplace avec le concours de la Paris-Films-Coop/Cinédoc, Light Cone, Fondation Pathé, Centre Georges Pompidou, Les Grands Films Classiques/Théâtre du Temple, Paris ; du Videodrome 2, du Département des Bouches du Rhône et de la Région Provence Alpes Côte d’Azur.

Remerciements particuliers à Dominique Willoughby et à toute l’équipe du Vidéodrome2.

Distributeurs Paris Films Coop/Cinédoc, Light Cone, Fondation Pathé, Centre Georges Pompidou, Les Grands Films Classiques/Théâtre du Temple.


Dada est né en février 1916 à Zürich. La paternité du nom « Dada » , « choisi justement parce qu’il ne veut rien dire » a été revendiqué par Tristan Zara, confirmée par Jean Arp. D’autres, comme Walter Serner, Hugo Ball et Richard Hülsenbeck la lui contestèrent. Le groupe, en tout état de cause, était né présentant ses spectacles au cabaret Voltaire, créé et animé par Hugo Ball. Soirées provocatrices, soirées d’expérimentation de nouvelles formes de poésie, de musique, création de costumes et de masques, expositions de toiles abstraites.

Le succès est foudroyant et entouré d’un parfum de scandale. L’un des buts recherchés par Dada était atteint : le bourgeois zurichois se trouvait en état de choc face à cette culture en germe et les jeunes artistes puisaient une nouvelle raison de vivre malgré les boucheries guerrières que tous condamnaient violemment.

Après Zürich, Dada va essaimer en Allemagne, en Hollande, en Belgique, en France essentiellement Tzara rejoint Paris et fait école : Breton, Aragon, Péret, Soupault, Eluard, Desnos, Man Ray, Duchamp, Picabia rejoignent le mouvement.

Mais bientôt des dissensions fissurent le groupe : discordes politiques, désaccords théoriques, les tenants de l’ordre et de la méthode s’opposant au goût du désordre revendiqué par Tzara ou Picabia. La rupture se concrétise lors de la soirée du Coeur à Gaz en juillet 1923, où Breton et Péret sautent sur la scène où se jouait la pièce de Tzara «Le Coeur à Barbe» , Breton allant jusqu’à gifler Crevel et casser le bras de Massot à coup de canne. Un an plus tard le groupe surréaliste émerge autour de Breton et de la publication du premier manifeste.Paradoxalement Dada se tourne vers le cinéma au moment de disparaître (et les surréalistes attendront quelques années avant de s’y intéresser). Man Ray présente Le Retour à la Raison lors de la soirée du Coeur à Barbe. Emak Bakia date de 1927 et a encore une facture dadaïste. L’Etoile de Mer de 1928 et Les Mystères du Château du Dé de 1929 sont des films de transition vers le surréalisme. Hans Richter commence les siens en 1921, Clair et Picabia tournent Entr’acte en 1924 et Duchamp Anémic Cinéma en 1926. Dans tous dominent les jeux formels, la dérision, la recherche du hasard, du non sens mais aussi la recherche des éprouvés: Duchamp hypnotise avec ses rotoreliefs qui creusent  l’écran, Clair et Picabia précipitent le spectateur dans une course folle du haut d’un grand huit, Man Ray fait de même de l’intérieur d’une voiture lancée à vive allure…

Les surréalistes s’essaieront eux aussi aux recherches formelles mais tendues vers un but ultime : l’émergence de l’inconscient et sa mise en images et en scène à travers un processus privilégié, le rêve. Le film de Germaine Dulac et Antonin Artaud La Coquille et le Clergyman en est un prototype. Maya Deren prolongera la filiation aux Etats-Unis dans les années 40 et Sidney Peterson dans les années 50. Si Dada avait à voir avec le rêve, c’est du côté des processus primaires (déplacement, condensation) qu’il faudrait chercher. Les surréalistes, quant à eux, sont du côté de l’élaboration secondaire des contenus. C’est donc très logiquement que Dada avait rompu avec la narration et le revendiquait (in Man Ray «Autoportrait») et que les surréalistes allaient retrouver, sinon une narration structurée, du moins une trame narrative au fil de leurs œuvres. Si tous deux sont à la recherche d’une liberté créatrice totale, les chemins pour y parvenir vont se révéler profondément divergents.


Le programme du cycle

Cinéma Dada et Surréaliste (1/6)

ical Google outlook

Cycle : Cinéma Dada et Surréaliste (1/6)

:: Rythmes 21 et 23, Hans Richter, 1921/23
:: Anémic Cinéma, Marcel Duchamp, 1926
:: Filmstudie, Hans Richter, 1926
:: Vormittagsspuck, Hans Richter, 1927
:: Inflation, Hans Richter, 1928
:: Rennsymbphonie, Hans Richter, 1929
:: Alles dreht sich, alles bewegt sich, Hans Richter, 1929
:: Zweigroschenzauber, Hans Richter, 1930

 

La séance à 5€ (+3€ d'adhésion)
Les 6 jours du cycle à 20€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

Cinéma Dada et Surréaliste (2/6)

ical Google outlook

Cycle : Cinéma Dada et Surréaliste (2/6)

:: Le Retour à la Raison, Man Ray, 1923
:: Emak Bakia, Man Ray, 1926
:: Entr’acte, René Clair sur un scénario de Francis Picabia, 1924

 

La séance à 5€ (+3€ d'adhésion)
Les 6 jours du cycle à 20€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

Cinéma Dada et Surréaliste (3/6)

ical Google outlook

Cycle : Cinéma Dada et Surréaliste (3/6)

:: Un Chien Andalou,  Luis Bunuel et Salvador Dali, 1929
:: Meshes of the Afternoon, Maya Deren, 1943
:: The Cage, Sidney Peterson, 1947

 

La séance à 5€ (+3€ d'adhésion)
Les 6 jours du cycle à 20€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

Cinéma Dada et Surréaliste (4/6)

ical Google outlook

Cycle : Cinéma Dada et Surréaliste (4/6)

:: Intervention de Dominique Willoughby, professeur à l’université de Paris VIII : Cinéma Dada et surréaliste, le retour à la vision
:: L’Etoile de Mer, Man Ray, 1928
:: La coquille et le Clergyman, Germaine Dulac (scénario d’Antonin Artaud), 1927

 

La séance à 5€ (+3€ d'adhésion)
Les 6 jours du cycle à 20€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

Cinéma Dada et Surréaliste (5/6)

ical Google outlook

Cycle : Cinéma Dada et Surréaliste (5/6)

:: Le Sang d’un Poète, Jean Cocteau, 1930

 

La séance à 5€ (+3€ d'adhésion)
Les 6 jours du cycle à 20€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

Cinéma Dada et Surréaliste (6/6)

ical Google outlook

Cycle : Cinéma Dada et Surréaliste (6/6)

:: L’Age d’Or, Luis Bunuel, co-scénario Salvador Dali, 1930

 

La séance à 5€ (+3€ d'adhésion)
Les 6 jours du cycle à 20€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

 Voir le programme complet des séances cinéma


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte RAGE + adhésion annuelle
:: VIDÉOCLUB : 3 films pour 7 jours

:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
100€ (payables en trois fois par chèque)

La carte SCANNERS + adhésion annuelle
:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
80€ (payables en trois fois par chèque)

La carte 10 séances + adhésion annuelle
40€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

du au
ical Google outlook Les éditos cinéma Toute l'actualité
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte