On poursuit notre découverte du cinéma de Katsuya Tomita avec son troisième film, Saudade. Pour cela, nous quittons la périphérie urbaine et les pachinko de son film précédent, pour le centre de Kôfu, petite ville de province d’où le cinéaste est originaire. La ville et ses transformations sont au cœur du film. Les histoires qui s’entremêlent dans ce film aux multiples ramifications, nous racontent comment le système capitaliste peut détraquer les individus.

Saudade
de Katsuya Tomita – 2011, Japon, 2h47, VOstFR

Kôfu, dans la préfecture de Yamanashi, Seiji travaille sur des chantiers. Il sympathise avec Hosaka tout juste revenu de Thaïlande. Ensemble, ils passent leurs soirées dans les bars en compagnie de jeunes Thaïlandaises. Sur un chantier, ils rencontrent Takeru, membre du collectif hip-hop de la ville, Army Village. Touché par la crise économique, ce dernier chante son mal-être et sa rage contre la société. Lors d’une battle de rap, Takeru et son collectif affrontent un groupe de Brésiliens aux origines japonaises. Commence alors une « bataille des mots » sur fond identitaire.

« Ma méthode est particulière et je mets beaucoup de temps pour investiguer sur mes sujets. Je fais des recherches approfondies sur les lieux où se déroule le récit, je recueille de nombreuses anecdotes et histoires de personnes réelles rencontrées au cours de ce temps et qui seront amenées à jouer dans le film. Je fréquente ces acteurs potentiels avec qui je sors et m’amuse. Cela permet de créer un climat de confiance avec l’équipe. De ces moments naissent aussi des petites histoires qui finissent par entrer dans le scénario. Lors de l’écriture, je les restitue à ces gens qui finiront par les rejouer au tournage. Comme ces acteurs jouent leur propre vie, il arrive qu’ils me corrigent et me fassent des propositions de façon spontanée, qui j’intègre. Je les laisse faire et me contente d’attendre qu’ils soient motivés pour me proposer des choses que je capte  à l’aide de ma caméra.(…)
C’est de la même manière que j’ai rencontre les Brésiliens de Kôfu. ils traînaient dans ce même centre où se trouve une salle de jeux d’arcade. Ces espaces de jeux vidéo sont souvent le lieu où se réunissent les voyous, c’est pour ça que j’y allais régulièrement. (…) » Katsuya Tomita
(source : Revue Répliques n°9, interview réalisée par Dimitri Ianni)

 

Katsuya Tomita

Né en 1972 à Kofu au Japon. Après le baccalauréat il se met à travailler comme ouvrier de chantier et chauffeur routier, investissant ses économies pour réaliser des films avec ses amis comme acteurs. Durant 3 ans, à l’aide d’une caméra 8 mm, il passe tous ses week-ends pour réaliser son premier long-métrage Above the Clouds sorti en 2003. Grâce au prix obtenu par le film il tourne Off Highway 20 (2007) en 16 mm. En 2008 il décide de se lancer dans le projet Saudade (2011) situé à Kofu sa ville natale. Le film est financé grâce aux souscriptions de ses habitants et prend un an et demie pour sa réalisation qui a lieu les jours de repos de Katsuya Tomita, alors chauffeur de poids lourds. Il est invité au Festival international du film de Locarno et remporte la Montgolfière d’or au Festival des 3 continents de Nantes. Le film est présenté dans de nombreux festivals à travers le monde, dont 4 d’entre eux organisent une rétrospective des ses œuvres, notamment le Festival international du film de Jeonju. Il réunit au Japon 30.000 spectateurs ce qui en fait un succès commercial. En 2012, Tomita entame des allers-retours entre Bangkok et Tokyo pour préparer Bangkok Nites. Bangkok Nites est sélectionné en 2016 en compétition à Locarno et reçoit le prix du jury au festival Kinotayo en 2017 à Paris.

Filmographie
17 ABOVE THE CLOUDS (Kumo no ue, 8mm -> DVCAM, couleur, 140 min, 2003)
OFF HIGHWAY 20 (Kokudo 20 gosen, 16mm -> DVCAM, couleur, 77 min, 2007) FURUSATO 2009 (HDV, couleur, 50 min, documentaire, 2009)
SAUDADE (HDV -> 35mm -> DCP, couleur, 167 mn, 2011)
BANGKOK NITES (HD, 183 min, 2016)


Katsuya Tomita et la « génération 1982 d’un Easy rider japonais »

Voir le programme du cycle

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte RAGE + adhésion annuelle
:: VIDÉOCLUB : 3 films pour 7 jours

:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
100€ (payables en trois fois par chèque)

La carte SCANNERS + adhésion annuelle
:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
80€ (payables en trois fois par chèque)

La carte 10 séances + adhésion annuelle
40€

Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte