« SAUDADE : nom portugais.
Mélancolie et désir intense d’un bonheur passé au retour incertain. »

Cette définition introduit Saudade, le second film du réalisateur japonais Katsuya Tomita. Les quatre films réalisés par Katsuya Tomita à l’aide de son collectif Kuzoku sont pleins de ce spleen qui semble imprégner tout un pan de la jeunesse japonaise, la « génération 1982 d’un Easy Rider japonais »1.

Bienvenue dans un Japon déshérité, victime de la dérégulation économique survenue dès la fin des années 90. Bienvenue dans les périphéries d’un Japon où les jeunes trahissent leur ennui en prenant de la drogue dans les zones commerciales excentrées et sans vie (Off Highway 20). Un Japon où sourd une violence identitaire, que le jeune rappeur Takeru alimente en paroles et en actes à l’encontre de la diaspora brésilienne déchue de l’eldorado économique nippon qu’elle était venue chercher dans les années 80 (Saudade).

Tout au long de ses films, Katsuya Tomita nous emmène à le suivre dans une trajectoire à la fois personnelle et collective. Trajectoire personnelle car, à l’image de Seiji, l’un des personnages principaux de Saudade, Katsuya Tomita avoue avoir toujours ressenti la nostalgie d’un ailleurs, comme s’il ne pouvait trouver de fondement qu’à l’extérieur de ce Japon déraciné. Des racines qu’il pense pouvoir trouver en Thaïlande, pays rêvé qu’il finira par rencontrer avec son dernier film Bangkok Nites. Cette rencontre représente une maturation tant personnelle que cinématographique, le pays rêvé devenant un pays réel où la prostitution semble refléter les stigmates d’un passé colonial destructeur. S’ouvre alors une nouvelle trajectoire traçant un double mouvement : « la recherche d’un lieu pour vivre ou s’échapper, qui est tourné vers l’avenir, et sa nécessaire confrontation à l’exploration d’un passé et d’une histoire douloureuse. 2 ».

Une trajectoire collective car les films de Katsuya Tomita sont des fleuves aux affluents multiples, des films choraux réalisés au long cours (4 films en 20 ans) et qui font se rencontrer par la fiction plusieurs fragments issus du réel, pour mieux nous raconter la société japonaise et thaïlandaise. Jusqu’à Saudade, en même temps que d’être réalisateur, Katsuya Tomita était chauffeur routier et parfois ouvrier dans le bâtiment. C’est donc pendant les weekend et ses jours de congés qu’il tournait ses films, dans une économie qu’on peut imaginer précaire. Collective également dans sa pratique même du cinéma. En 2007, il fonde avec des amis le collectif « Kuzoku une tribu de cinéastes », qui leur permet entre autre de chercher des financements par des moyens alternatifs, notamment par le don. Ce sont ainsi les habitants de Kōfu, ville natale de Katsuya Tomita et décor du film Saudade, qui ont majoritairement financé le film.

Grâce au soutien de son producteur et collaborateur Terutarô Osanaï, nous avons le plaisir de pouvoir montrer l’ensemble des films réalisés jusqu’à aujourd’hui par Katsuya Tomita, et notamment ses deux premiers films rarement montrés en France.

 

1. Parole d’une chanson du groupe de rap Army Village dans Saudade.
2. Extrait d’un entretien de Katsuyo Tomita à la revue Répliques.

 


Le programme du cycle

Above the clouds de Katsuya Tomita

Cycle : Katsuya Tomita (1/4)

:: Above the clouds
de Katsuya Tomita – 2003, Japon, 1h55, VOstFR

 

Entrée à 5€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

Off Highway 20 de Katsuya Tomita

Cycle : Katsuya Tomita (2/4)

:: Off Highway 20
de Katsuya Tomita – 2007, Japon, 1h17, VOstFR

Entrée à 5€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

Saudade de Katsuya Tomita

Cycle : Katsuya Tomita (3/4)

:: Saudade
de Katsuya Tomita – 2011, Japon, 2h47, VOstFR

Entrée à 5€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

Bangkok Nites de Katsuya Tomita

Cycle : Katsuya Tomita (4/4)

:: Bangkok Nites
de Katsuya Tomita – 2016, Japon/France/Thaïlande/Laos, 3h, VOstFR

Entrée à 5€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

Rediffusion : Off Highway 20 de Katsuya Tomita

:: Off Highway 20
de Katsuya Tomita – 2007, Japon, 1h17, VOstFR

Entrée à 5€ (+3€ d'adhésion)

Lire la suite

 Voir le programme complet des séances cinéma


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte RAGE + adhésion annuelle
:: VIDÉOCLUB : 3 films pour 7 jours

:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
100€ (payables en trois fois par chèque)

La carte SCANNERS + adhésion annuelle
:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
80€ (payables en trois fois par chèque)

La carte 10 séances + adhésion annuelle
40€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

du au
Les éditos cinéma Toute l'actualité
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte