Au milieu des années 1990, une poignée de jeunes réalisateurs allemands – dont beaucoup sont issus de l’Académie du film et de la télévision de Berlin – se distinguent avec des œuvres dont la maîtrise formelle va de pair avec une quête d’authenticité. Les plus fameux représentants de ce cinéma d’auteur en prise avec le réel se nomment Christian Petzold, Thomas Arslan ou Angela Schanelec. Leurs films parlent d’expériences humaines singulières dans un présent en ébullition, quelques années après la réunification allemande. La critique ne tarde pas à les regrouper sous le nom d’”École berlinoise”, tandis qu’en France on évoque l’émergence d’une “Nouvelle Vague allemande”, digne héritière du cinéma allemand des années 1960-1970, représenté par Fassbinder, Herzog ou Schlöndorff.

Née en 1962, Angela Schanelec étudie de 1982 à 1984 à l’école de musique et d’art dramatique de Francfort. De 1984 à 1991 elle travaille dans de nombreux théâtres allemands, dont le Thalia à Hambourg, la Schaubühne de Berlin. De 1990 à 1995 elle étudie à l’Académie Allemande du Film et de la Télévision de Berlin. Elle est auteure et réalisatrice depuis 1995. En 1996 elle reçoit le prix de la Critique Allemande pour son film Das Glück meiner Schwester. Son film Plaetze in Staedten est présenté à Cannes dans la sélection « Un certain regard »en 1998, Mein Langsames Leben est présenté au forum de la Berlinale en 2001. En 2004 elle réalise Marseille.

 

Marseille


d’Angela Schanelec – 2003, Allemagne, 1h35, VOstFR

Sophie est une jeune photographe allemande. Elle fait un échange d’appartement avec une étudiante à Marseille. Sur place, elle fait la rencontre d’un mécanicien avec qui elle passe une soirée dans un bar. De retour à Berlin, elle retrouve tout ce qu’elle y avait laissé et un tissu relationnel inchangé: l’amour qu’elle éprouve pour Ivan, le mari de sa meilleure amie Hanna, demeure inexprimé. Sophie reste en marge et retourne à Marseille…

“Marseille” mérite qu’on s’y arrête, qu’on se laisse porter par son rythme lent et surprendre par ses audaces de narration. [Cahiers du Cinéma]

 

:: Le Goethe-Institut :
Plus importante institution culturelle de la République Fédérale d’Allemagne, le Goethe-Institut a pour mission de promouvoir l’étude de l’allemand à l’étranger et d’accompagner la coopération culturelle internationale. Il encourage aussi la découverte de l’Allemagne en informant sur la vie culturelle, sociale et politique du pays. Le Goethe-Institut a ouvert un établissement à Marseille à l’occasion de Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture qui poursuit depuis ses activités culturelles tout au long de l’année. Depuis 2014, il s’est installé à la Friche la Belle de Mai.

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte 10 séances + adhésion annuelle
45€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte