Cette programmation est une transition, un passage de témoin entre found footage et mashup. Tous deux nous parlent d’abord de mémoire et font partie de la grande famille du cinéma d’emprunt, de réemploi ou de seconde main selon les terminologies. Mais ils sont souvent assez différents formellement et sont même complètement opposés dans un sens : le found footage prend d’en bas le métrage inconnu laissé de côté et l’élève jusqu’à notre connaissance. A l’inverse le mashup prend en haut l’hypermédiatique et le fait redescendre de son piédestal. Alors Père et fils ? Cousins éloignés ?


« Qu’on se le dise : tous les films peuvent être détournés, tous les navets, les Varda, les Pasolini, les Cayatte, les Godard, les Bergman, mais aussi les bons westerns spaghettis, et tous les films publicitaires ! » René Viénet. Le mashup est un phénomène qui naît avec le développement de l’image numérique et sa transmission massive sur Internet. De nombreux cinéastes ont pratiqué, et pratiquent encore, le collage d’images « récupérées » ou détournées. Le « found footage » est un courant important du cinéma expérimental. L’on par exemple pratiqué les lettristes (Isidore Isou, Maurice Lemaître), mais aussi Ken Jacobs, Vivian Ostrovsky, Peter Tcherkassky,…. Le cinéma MashUp est né de la rencontre entre Internet et le 7ème Art. Il permet de créer une nouvelle œuvre audiovisuelle en remixant, remontant, transformant des images, des répliques et des sons extraits d’autres œuvres qui existent déjà.

Il peut prendre toutes les formes : court, moyen et long métrage et peut faire partie de tous les genres, drame, comédie, horreur, documentaire…

> Découvrir le Mashup Festival et sa philosophie

 

Great Martian War – Détournement d’archives de Christian Johnson and Steve Maher – Grande Bretagne – 3 min 35

200 000 fantômes – Documentaire de Jean-Gabriel Périot – France – 11 min

La Montagne au Goût de Sel – Fiction à partir d’archives amateur de Julien Lahmi – France – 20 min

Les Guerres de l’Etoile, Fiction muette de Les Singes Hurlants – France – 3 min30

Dans l’ombre – Fiction noire de Fabrice Mathieu – France – 7 min 45

 

Martin Scorsese A Tribute – Documentaire d’Alexandre Gasulla – France – 12min10

 

Kubrick, un seul point de fuite – Documentaire analyse visuelle de Kogonada – États-Unis – 1 min 45

 

 

« Le mashup est un état d’esprit »

Les premiers mashups qui ont fait parler d’eux étaient surtout des parodies ou des montages comiques (comme les impérissables créations de Mozinor) et ont pu imposer à tort l’idée que le mashup était surtout une affaire de geeks potaches.

« Pendant longtemps on nous traitait de copieurs ou de pilleurs. Mais c’est en train de changer », explique Antonio Maria da Silva. 

Antonio Maria da Silva, réalisateur et monteur, fait des mashups depuis dix ans et sa vidéo « Hell’s Club » (ci-dessous) a été vue 5,8 millions de fois.

Les mashups, ce sont ces vidéos qui montent et détournent des images souvent venues de la pop culture, des films américains aux clips en passant par les journaux télé. Le genre existe en ligne depuis une dizaine d’années. Il a profité de la naissance des plateformes comme YouTube ou Dailymotion et de la démocratisation des outils de montage.

Les premiers mashups qui ont fait parler d’eux étaient surtout des parodies ou des montages comiques (comme les impérissables créations de Mozinor) et ont pu imposer à tort l’idée que le mashup était surtout une affaire de geeks potaches. Pourtant, affirme Julien Lahmi, réalisateur passionné de mashup, à la direction du Mashup Film Festival (créé en 2011 au Forum des Images), le mashup est bien plus que ça. « Pour moi, les mashupeurs sont des cinéastes à part entière, car ils reprennent les images pour exprimer leur point de vue sur le monde. Le mashup n’est pas un genre, c’est un état d’esprit. »

Ce qui fait le mashup, c’est un certain rapport aux images  : une façon de se les approprier, de les démonter et de les remonter, de les désarticuler pour fabriquer de nouvelles histoires, de nouvelles émotions, pour en montrer les logiques sous-jacentes, pour leur rendre hommage ou pour les dynamiter. Cette attitude n’est pas nouvelle et le mashup n’a pas inventé le collage ou le détournement. Le procédé existe depuis au moins les débuts de l’histoire de l’art et a été très utilisé au XXe siècle, siècle de l’explosion des images : collages surréalistes, détournements lettristes et situationnistes, cut-up de Burroughs, found footage (films faits avec des images trouvées) puis, plus près de nous, les remix et les samples de l’électro et du hip-hop…

Le mashup, c’est l’arrivée de ces pratiques dans la culture Web. Sa culture en est profondément influencée : irrévérente, amateure, enthousiaste, partageuse, je m’en foutiste vis-à-vis des droits d’auteurs, ne s’embarrassant pas de légalisme et prenant les images où elle les trouve, en partant du principe que puisqu’elle ne fait pas d’utilisation commerciale avec, elle peut donc sans problème les réutiliser.

Comme nombre d’autres pratiques nées du Web en toute liberté, sans se soucier des institutions ou des aspects commerciaux, elle produit des merveilles.”

> Lire la suite de l’article de Rue 89

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès

 


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte