20h30 :

La séance sera présentée par Sylvain Dreyer*

El Otro Cristobal

Armand Gatti, 1963, Cuba, 1h48, 35mm, noir et blanc, en VOstFR

Le dictateur Anastasio tente de renverser le dieu Olofi, chef suprême du ciel. Mais un prisonnier politique, Cristobal, et ses amis vont libérer le ciel, avant de retourner au bonheur terrestre.
Le film représente Cuba au Festival de Cannes en 1963 et obtient le Prix de la Société des écrivains du cinéma et de la télévision.

Le texte qui suit est publié sur un site cubain et rédigé en espagnol par Juan Antonio García Borrero.
La traduction est quant à elle brutalement proposée par un quelconque robot traducteur disponible en ligne.
Vous le savez, ces robots sont ignares des subtilités de notre langue mais il arrive qu’ils produisent bien malgré eux des sens fortuits et, plus intéressant encore, des sensations très fortes liées à l’existence de l’Autre. Ainsi il me plait d’imaginer Juan Antonio García Borrero nous parler directement dans une langue qui n’est pas la sienne, colorée d’hispanismes. Et dans la discussion qui s’en suivrait J’aimerais lui demander qu’il m’explique comment “mobiliser la gauche de l’instant”.


Le cinéma cubain, l’élève insomniaque

On parle de Soy Cuba comme le film le plus délirant de ce cinéma précoce (1959 – 1965) qui a été réalisé à l’ICAIC (Institut cubain des arts et de l’industrie cinématographiques). Je pense que El otro Cristóbal (1964), d’ Armand Gatti, le surpasse dans la prétention à cette distinction. Je ne parle pas des résultats, mais des objectifs: Soy Cuba voulait être un poème, une fresque visuelle où les sens (malgré le vertige de la caméra) recherchaient la fascination; El otro Cristóbal quant à lui, relève du pur terrorisme audiovisuel. Difficile de trouver là quelque chose qui ressemble à de la modération.

Le film est intéressant dans la même mesure que décrit l’un des nombreux lecteurs qui ont mobilisé la gauche de l’instant. Il est possible que ce soit à travers la personnalité d’Armand Gatti (né à Monaco, le 24 janvier 1924), journaliste, dramaturge, réalisateur du film L’enclos, qui a rendu possible au II Festival de Moscou l’obtention du prix pour la meilleure direction cinématographique. Avant que Gatti ait participé à la résistance antifasciste, il avait été arrêté et connu la vie dans un camp de concentration, puis voyagé en Sibérie en 1956 et collaborer avec Chris Marker pour le documentaire lettre de Sibérie.
Nous parlons donc d’un homme au tempérament rebelle. Mais au bas de El otro Cristóbal il est possible de détecter des faiblesses communes qui se sont reposées dans les profondeurs de l’époque: l’une d’elles est la liquidation radicale d’une façon de représenter la réalité qui était associée au passé stérile.

En ce sens, il peut être utile de passer en revue certaines des idées que Gatti lui-même a énoncées à cette table ronde organisée par l’ICAIC sur le thème «Qu’est-ce qui est moderne dans l’art? Référence: le cinéma “, et où participent, outre Gatti, Kurt Maetzig (RDA), Andrzej Wajda (Pologne), Mikhail Kalatozov (URSS), Vladimir Cech (Tchécoslovaquie), Julio García Espinosa (Cuba), Tomás Gutiérrez Alea (Cuba) ), et Jorge Fraga (Cuba).
Dans cette rencontre, Gatti viendrait affirmer:

“Pour moi, bien que cela semble brutal, le passé appartient aux cadavres et le futur, tel qu’il est présenté ici ce soir, me semble être une forme résumée de christianisme qui prêche la vie éternelle. Par conséquent, je donne seulement de la valeur au présent. (…)
Pour moi, pour donner une définition plus simple, l’artiste qui n’est pas de gauche, pour utiliser un grand mot, l’artiste qui ne va pas dans le sens de l’histoire, n’existe pas. Mais en attendant, l’artiste qui est dans le sens de l’histoire, qui n’est pas un élément de subversion au sein de ce mouvement pour toujours remettre en cause les victoires conquises, est un artiste pétrifié.(…)
Je crois que le but du créateur est de détruire un certain nombre de coutumes, de manières de voir qui rendent l’homme malade. Chaque nouvelle façon de voir qui est apportée à l’homme est un moyen de la libérer car, comme je l’ai dit un jour à la télévision de Moscou – même si je pense qu’elle a été mal traduite – le but de l’artiste est de rapatrier l’homme.

Combien y avait-il de subversion purement rhétorique, et combien de réel désir de contribuer à un changement radical, de laisser derrière lui ce passé maladif? Indépendamment des résultats, on peut dire que “El otro Cristóbal” était un effort sincère pour dynamiter tout ce qui sentait comme un modèle de représentation vicié.

Selon Gatti, dans une interview avant le tournage:

“Le titre provisoire, peut être définitif, est à nouveau Cristóbal. Nous devrons faire beaucoup de travail technique et nous essaierons de faire des innovations. Le thème ne sera pas seulement cubain, mais inclura également l’Amérique latine et le monde en général. C’est la vie d’un dictateur des Caraïbes, la lutte entre ce dictateur et le peuple cubain. Nous avons essayé de donner un sens poétique à cela parce que nous voulons essayer de présenter le peuple cubain dans tout son dynamisme. Il y a une façon d’être cubain que l’on ne trouve dans aucun autre pays. Nous aimerions le traduire exactement comme il est et le rendre au monde. Non seulement il y aura des plans poétiques dans le film, mais il y aura des plans politiques, critiques et humoristiques “.

Le film présentait la direction photographique du célèbre Henri Alekan, et était, en effet, un incroyable étalage d’idées d’avant-garde qui lui valut, entre autres considérations, d’être considéré par Louis Chauvet, le critique du Figaro, comme “un sous-produit de La Poupée, par Baratier. Un conglomérat de bouffonneries et d’extravagances carnavalesques, auxquelles nous préférerons sans hésitation la sinistre démence de Hellzapoppin “.

El otro Cristobal a représenté l’entrée de la jeune cinématographie révolutionnaire dans un circuit comme celui du Festival de Cannes. Il y eut aussi des discussions désagréables avec les coproducteurs français du film, qui voulaient devenir propriétaires du film. C’était une bonne occasion d’apporter sur les écrans européens l’idée que dans cette île lointaine aussi le cinéma avait commencé à se manifester avec des impulsions révolutionnaires.

Cependant, ce qui a échoué (et échoue toujours dans le film), c’est ce regard qui parle des problèmes de l’Amérique latine à partir du contraste plutôt naïf du dictateur et du peuple, du leader et du troupeau. Pour Gatti, “il y a une façon d’être du cubain que l’on ne trouve dans aucun autre pays”, ou “je dois dire que je n’ai jamais trouvé une révolution qui ait été faite avec autant d’enthousiasme que la cubaine”.

Le film est fidèle à cette dévotion, et est un hommage exalté à un phénomène qui a inspiré aux grandes masses des dépossédés le désir de corriger les injustices sociales. Il y avait, cependant, un manque d’analyse critique qui aurait permis de saisir les vicissitudes du sujet de chair et d’os interagissant avec le sujet collectif. Peut-être que cela aurait permis à Gatti de comprendre qu’il n’y a pas exactement “une façon d’être cubain qu’on ne trouve dans aucun autre pays”, mais au contraire, que les Cubains (comme le reste de l’humanité) sont aussi obsédés par le désir d’être heureux.

Juan Antonio García Borrero

 

 

 

*Sylvain Dreyer
Sylvain Dreyer est maître de conférences en littérature et cinéma à l’Université de Pau. Ses travaux concernent la littérature et le cinéma français, russes et           latino-américains du XXe siècle, en particulier les questions portant sur le témoignage, l’engagement et les formes documentaires. Il est l’auteur de Révolutions !    Textes et films engagés. Cuba, Vietnam, Palestine (Armand Colin, 2013) et a mené plusieurs travaux sur Gatti, Genet, Godard, Labarthe, Marker,         Perec, Semprún, Varda, Vautier, etc. Il réalise aussi des films documentaires.

 

 

 

 

 


L’expérience Gatti

 

Voir le programme complet du cycle

 

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte RAGE + adhésion annuelle
:: VIDÉOCLUB : 3 films pour 7 jours

:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
100€ (payables en trois fois par chèque)

La carte SCANNERS + adhésion annuelle
:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
80€ (payables en trois fois par chèque)

La carte 10 séances + adhésion annuelle
40€

 

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte