Dans le cadre de la résidence d‘Antoine Mouton à Peuple & Culture Marseille, L’équipe de l’association qui travaille l’image documentaire et la littérature contemporaine, propose une carte blanche à l’écrivain. Il a choisit le beau et tendre Lettre d’un cinéaste à sa fille d’Eric Pauwels.


Lettre d’un cinéaste à sa fille
d’Eric Pauwels – France, 2002, 50 min
En présence d’Antoine Mouton, écrivain

A l’origine du projet, la fille du cinéaste interroge son père: “pourquoi ne réalises-tu pas des films pour enfants? “Une réponse filmique remarquable qui réinvente la narration cinématographique en renouvelant le plaisir intime de se faire raconter des histoires.

Véritable tour de force d’écriture, en état de grâce permanent, cette lettre cinématographique au “je” si personnel, dépasse de loin le simple propos d’un père à sa fille. Elle réussit à nous rendre manifeste, au-delà de toute attente, l’essence même d’un savoir fragile fait d’érudition et d’émotions, élaboré au fil du temps et qu’une certaine poésie du cinéma est seule à même de nous faire ressentir. (…) Lettre d’un cinéaste à sa fille est plus qu’un très grand film, c’est un film tout simplement et c’est formidable de la part d’Eric Pauwels de l’avoir voulu ainsi, aussi simple et aussi clair que le regard d’un enfant.

Distinctions :
2001 : Cinéma du réel – Paris (France) – Compétition Internationale
2001 : Filmer à tout prix – Bruxelles (Belgique) – Mention spéciale du jury
2001 : DOK Leipzig – International Leipzig Festival for Documentary and Animated Film – Leipzig (Allemagne) – Colombe d’argent
2001 : Traces de Vies – Vic le Comte (France) – Prix enfances et jeunesses

 

Antoine Mouton, en résidence à Marseille, décembre 2017 et janvier 2018

Antoine Mouton est né en 1981. Il reçoit le prix des apprentis et lycées de la région Paca pour Au nord tes parents, son premier texte paru aux éditions La dragonne, en 2004. Depuis il évolue librement entre poésie, conte, récit en prose. Son premier roman, Le metteur en scène polonais, paru chez Christian Bourgois, a été retenu dans la sélection du prix Médicis 2015. En janvier 2017, il publie Chômage monstre, qui questionne la place normative que prend le travail dans nos vies.

Son dernier livre, Imitation de la vie, fait partie de la rentrée littéraire 2017

 

Son dernier livre :

Imitation de la vie, Christian Bourgeois éditeur, août 2017.

Un couple de psychanalystes se rend compte qu’un même patient les fréquente tous deux. Comme il vient de disparaître, ils mènent l’enquête et ne trouvent qu’un manuscrit, intitulé Imitation de la vie. Le manuscrit retrace l’histoire d’Emir Sulter. Il vit à Setrou, une ville de banlieue parisienne où il s’occupe, avec Ingrid Egala, d’un cinéma dédié aux films expérimentaux, le Mekas Palace. Ingrid et Emir sont des amoureux de la radicalité. Autrefois, ils étaient amants, désormais ils sont collègues.

Les deux psychanalystes étaient sur le point de se séparer. Après la lecture du manuscrit, ils savent qu’ils sont liés par leur patient. Dans les histoires d’amour, il y a toujours un fantôme. Volontiers comique, Imitation de la vie se veut le roman de la désillusion de devenir adulte, quand on s’aperçoit que l’adulte est celui qui feint encore mieux que les autres.

Extrait de Imitation de la vie :

« Lettre d’un cinéaste à sa fille est le film – et non la lettre – d’un cinéaste à qui sa fille demande pourquoi il ne fait pas des films comme tout le monde, c’est-à-dire des films comme elle en voit, comme on la force à en voir, comme on pense qu’il est bon pour elle d’en voir, comme ses amies qui n’ont pas pour parents des cinéastes d’avant-garde les lui décrivent et comme l’école lui en montre à des fins éducatives, autrement dit des dessins animés ou des adaptations de romans dépeignant des époques révolues à l’aide d’acteurs modernes et de costumes d’antan. Éric Pauwels lui répond en faisant un film qu’il nomme « Lettre » mais qui, n’étant pas du tout une lettre, ne peut être considéré autrement que comme un film même si certains penseront que le cinéma, ce n’est pas ça. Un film qui en contient cent, qui s’engage dans la fiction avant de redevenir documentaire, qui passe du quotidien au merveilleux et de l’élégie à la blague, comme autant de sautes d’humeur, qui n’a pas d’unité, pas de centre, sinon le désir de créer une forme invraisemblable, composée de portraits et de paysages ayant la même valeur, où l’on enterre un clown sous la pluie et où l’on inscrit le mot « fin » au milieu, où les images sont libres, où le temps est notre condition et non notre appui, et qui ressemble ainsi, bien plus que Le Voyage de Némo ou Le Hussard sur le Toit, à la vie telle que nous la vivons et non telle qu’elle se vend ».


:: Le partenaire de programmation

Voir la page du partenaire

 

 

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte 10 séances + adhésion annuelle
45€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte