A Lua Platz

de Jérémy Gravayat, 2018, France, 1h44, 16 mm & Super 8 mm & HD

En Seine-Saint-Denis, des années durant, des familles roumaines cherchent des lieux où vivre. Devenus compagnons de route lors de luttes contre les expulsions, nous fabriquons ce film ensemble, comme autant de maisons ouvertes. Cheminant de villages quittés en bidonvilles, squats et cités, l’intimité de leurs récits se confronte à une banlieue en constante mutation. Des grands ensembles jusqu’au Grand Paris, leurs trajectoires retissent une histoire commune, celle de solidarités habitantes refusant la relégation.

“Aux marges d’une banlieue parisienne en grande mutation, quelques familles roumaines cherchent des lieux où vivre. Depuis le village quitté, le bidonville rasé, les maisons occupées, leurs trajectoires retissent une histoire commune, faite de solidarité autant que de relégation. Devenus compagnons de route, nous fabriquons ce film ensemble, comme d’autres espaces habitables.”

Jérémy Gravayat

Il y a des films auxquels il faut faire un peu de place.
Il faut, pour eux, que des festivals les montrent.
Que des spectateurs y réfléchissent : Que les temps s’accordent.
Qu’un jury, accessoirement, les aiment. En se demandant :

Quelle humanité et quels terrains, le cinéma, aujourd’hui, doit filmer ?
Quelle position, et surtout pas quelle posture, quelle place, soutenir.
De quel côté se tenir.

Le prix Camira du long-métrage est attribué à un film simple, quoique labyrinthique.
Un film très peu « branché » : un film pour les abominables.

Pas un film de plus sur les roms, pas un film de moins sur les familles roumaines.
Un film de cinéma.
C’est a dire une brisure, à la fois fragile et tranchante.
En pellicule, en vidéo, en vies.

On l’a bien compris, vivre c’est souffrir, tous les films le répètent à l’envie.
Mais, concrètement, vivre c’est aussi se battre.
C’est ce que voudrai dire ce prix Camira.
Se battre pour du commun, avec du cinéma, pour demain.

Alors, pour son honnêteté et ses trajectoires.
Pour ce qu’il brise, ouvre et invente, plutôt que ce qu’il intègre.
Pour ce qu’il pense à destination des autres, ici et ailleurs.
Nous avons décidé de récompenser, avec grande conviction,
Le film de Jérémy Gravayat, A Lua Platz
En lui remettant le Prix Camira du Long-Métrage.

[Robert Bonamy, Alain Hertay, Messaline Reverdy.
Jury Camira – Festival Entrevues, Belfort – Novembre 2018]


Partager cette séance

Partager l’événement Facebook


Tarif de la séance

Gratuit pour les détenteurs d’une carte RAGE ou SCANNER

PRIX LIBRE
Nous souhaitons que le cinéma demeure accessible à toutes et tous. Nous souhaitons pouvoir porter la singularité de notre modèle de diffusion non commercial.
La curiosité, et le plaisir des images ne doivent pas être un privilège.
Si nous conseillons un prix, 5 euros (celui que nous appliquions jusqu’à présent), ce sera prix libre à partir de janvier 2020, pour toutes les séances organisées et portées par l’équipe de Videodrome 2, signalées en conséquence dans nos supports de communication.

Adhésion annuelle obligatoire de 5 euros (de date à date)

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


Pour vous souvenir de cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte