« J’ai toujours été pour tout être » ce sont les mots gravés sur la tombe de Guillaume Dustan dont l’œuvre reste méconnue, mal connue en raison des malentendus qui l’entourent. En préambule au cycle qui lui est consacré, l’association Nolimetangere propose au Videodrome 2 une programmation émancipée.


GUILLAUME DUSTAN

« La réputation sulfureuse de cet ancien magistrat devenu écrivain masque l’essentiel, soit en l’assignant à l’identité de pur provocateur, soit en le noyant dans la masse du maelström médiatique auquel, de son aveu même, il aimait à participer. Homo militant, hédoniste déclaré, apologiste des drogues, chantre du monde de la nuit, pornographe politique, autobiographe fanatique, continuateur libéral de l’esprit de 68… Dustan est l’une des très rares figures porteuses d’utopie dans le monde policé des lettres françaises du tournant du 21ème siècle gagné par un vent de nihilisme, de cynisme mélancolique et de dérision propres à ce qu’il faut bien appeler une version négative de la postmodernité. Dustan est une exception notable dont le vitalisme le pousse à mêler une écriture de soi la plus crue à une entreprise politique radicale. La lecture de ses textes renouvelle ce qu’on appelle « autofiction » : on assiste à une écriture qui refuse la séparation entre le moi et le monde, une écriture qui propose une autre façon de penser la vie, totalement étrangère à la tradition française dominée par le modèle de l’intellectualisme humaniste. Pour Dustan, la littérature comme la politique passe par le corps autant que par les formes de vie proche d’une vision Nietzschéenne de l’existence. Se référant essentiellement aux cultures pop et underground, il veut donner la précellence à tout ce qui est méprisé par la culture logocentrique de l’Occident. Son appartenance au monde homosexuel a également brouillé sa réception. La ruse du milieu littéraire consista à le réduire à un trublion interne à ce champ bien défini. Et pourtant, Dustan a produit une littérature universelle à partir d’une position ultra minoritaire au sein même d’un milieu marginal. Sa production en rafale témoigne d’une évidente énergie, d’une dépense qui est à la fois celle de la jeunesse et de l’urgence, de la lutte contre la mort et de la nécessité de prendre la parole. »

Extraits de notes de Thomas Clerc

La Mort Propagande

de Hervé Guibert (1977), Lecture d’extraits par Olivier Puech

Étude du corps jouissant, souffrant, agonisant, puis mort, La mort propagande trace en douze brefs chapitres un troublant autoportrait de son auteur. D’une violence et d’une force de provocation inouïes. C’est l’idée superbe et inquiétante qu’un premier livre (écrit à vingt et un ans) peut être prophétique et testamentaire. C’est un texte qui annonce le thème de ses livres futurs. Guibert évoque des scènes qui oscillent entre carnage et contamination : tortures, brutalité qui esquinte les corps et pollue les sexes, autant d’images qui, au regard du sida dont on ne parlera que quelques années plus tard, font figure de prémonition. Rien ne nous est épargné dans ce délire de chairs décomposées : l’excitation, mais aussi le dégoût, l’affliction – par exemple, dans ce passage où Guibert imagine son autopsie à la morgue : “C’est mon corps, c’est blême comme le bouillon des débuts de maladie, (…) c’est traître, c’est mou, c’est jaune, invertébré, chlore, flore, tout flotte, je flotte, je nage.” Ce qui est consigné sous la forme du fantasme va trouver un écho dans la vie de l’écrivain. L’expérience s’enrichit d’un vertige qui n’appartient plus seulement à la littérature. C’est ce rapport intime entre l’œuvre et l’existence qui est convoqué, imbriqué à jamais, et qui mérite de dépasser la gêne que le texte peut susciter. En effet, lorsque Guibert, par exemple dans le premier chapitre du livre, projette de montrer son corps “en décomposition, jour après jour, éclaté sous le feu”, il ignore que, treize ans plus tard, se sachant condamné par le sida, il filmera, dans La Pudeur ou l’impudeur, la progression de la maladie. Car pour Guibert, écrire, c’est prendre le risque d’accueillir la mort avant la lettre, obsédante et envahissante – « Moi je veux lui laisser élever sa voix puissante et qu’elle chante. (…) Ce sera ma seule partenaire, je serai son interprète ».


Un chant d’Amour

de Jean Genet, 1950, 26 min, 16mm

Brûlot charnel et sublime Un Chant d’amour demeure l’unique film jamais réalisé par Jean Genet. C’est un condensé de sa poétique qui transforme l’ordure en roses. « La caméra peut ouvrir une braguette et en fouiller les secrets. Si je le juge nécessaire, je ne m’en priverai pas. » Depuis leur cellule, deux prisonniers entretiennent une relation amoureuse grâce à un minuscule trou percé dans le mur qui les sépare. Sous la pupille dilatée de leur geôlier sadique, ils se livrent à des jeux sensuels. Tout y est de la poésie de Genet : virilité magnifiée des voyous, lyrisme sec symbolisé par ce bouquet de fleurs que tentent de se passer les deux voisins par la fenêtre, sadomasochisme théâtral, audace provocante des bites bandées… Et surtout, ce mélange incandescent d’érotisme et de tendresse. Érotique, brut et rugueux à la surface lisse, ce poème visuel se pose à mi-chemin entre le songe et la réalité, entre l’introspection autobiographique et l’expression d’un sentiment fictif. L’auteur du Condamné à mort aborde le thème du désir et du fantasme homosexuel liés à l’enfermement, à une époque où l’homosexualité était encore considérée comme une maladie mentale. Encensé par Sartre et Cocteau, le court métrage de ce révolté de la scène littéraire française a été censuré pendant 25 ans.


Ixe

de Lionel Soukaz, 1980, 48 min

Ixe s’avère un film étonnant, détonant, sarcastique, hoquetant. Un fabuleux digest d’une époque libérée et permissive préludant au choc du sida. Enchevêtrement de plans hard, de shoots d’héro, de travestis en goguette, d’images connotées politiquement et d’extraits de reportages sur le pape en tournée, de formats divers (film, vidéo, télé)… le tout étayé par un formidable collage musical pop.

« Ixe (…) est un film implosé, crucifié. Conçu pour être projeté sur quatre écrans simultanément, X est un écartèlement : aux quatre points cardinaux, aux quatre extrémités de la croix, la guerre, le sexe, la religion et la drogue. Le jeu des superpositions, des glissements des éclairs à peine mémorisés par l’œil comme des savantes répétitions de thèmes, nous fait souvenir que le sexe est aussi la guerre des corps et le pape, la drogue du peuple. Et, à travers l’histoire de ce jeune homme qui se pique pour éprouver toute l’horreur du monde face à sa télé, que la piquouse est bien le lieu géométrique subjectif des monstres de l’inconscient moderne. »

Guy Hocquenghem

LIONEL SOUKAZ

 

Le parcours du cinéaste-poète Lionel Soukaz est indissociable de nombreux mouvements radicaux, politiques, intellectuels et artistiques de 1970 à nos jours. Né en 1953, il côtoie au début des années 1970 le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) avant de rencontrer René Schérer et Guy Hocquenghem avec qui il réalise en 1978-1979 Race d’Ep, une histoire d’un siècle d’homosexualité, classé X par la Commission de contrôle des films cinématographiques. En réaction contre la censure, Lionel Soukaz tourne l’année suivante Ixe, film de révolte et de “vitalité désespérée”.

 

 


Partager cette séance

Partager l’événement facebook


Tarif de la séance

Gratuit pour les abonnés au Videodrome 2

PRIX LIBRE
Nous souhaitons que le cinéma demeure accessible à toutes et tous.
Nous souhaitons pouvoir porter la singularité de notre modèle de diffusion non commercial.
La curiosité, et le plaisir des images ne doivent pas être un privilège.
Si nous conseillons un prix, 5 euros (celui que nous appliquions jusqu’à présent), ce sera prix libre à partir de janvier 2020, pour toutes les séances organisées et portées par l’équipe de Videodrome 2, signalées en conséquence dans nos supports de communication.

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


Pour vous souvenir de cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte