« J’ai fait des trucs qui sont en fait très bordéliques parce que j’ai pensé pendant très longtemps que le cinéma c’était un objet d’utilisation immédiate, c’était une arme à utiliser tout de suite et puis après, quand on avait fait des images et qu’on les avait utilisées, c’était pas la peine de les garder. Du coup, ça ne m’a pas fait tellement de choses de voir un Le Pen ou des lepénistes me bousiller soixante kilomètres d’archives, parce que je me disais, les archives ce n’est pas mon fort, ils peuvent bousiller les images, les images qu’ils bousillent elles ont été utiles… C’était une perte bien sûr, c’est toujours une perte. Mais je n’avais pas ressenti, à l’époque, que le cinéma c’était aussi quelque chose qui était fait pour la mémoire. Et là maintenant, je me rends compte qu’il y a des choses que j’ai tournées et qui sont particulières. Je m’en suis rendu compte parce qu’il y a des tas de gens qui me demandaient des extraits d’images pour témoigner du passé, donc des images reflétant une réalité que d’autres n’avaient pas montrée. Alors là je me suis dit que maintenant il faudrait ranger tout ça. »

 

Entretien avec Sabrina Malek et Arnaud Soulier pour le documentaire René Vautier, cinéaste franc tireur, sorti en 2002.

 

 

René Vautier, est né le 15 janvier 1928 à Camaret-sur-mer. Après une jeunesse passée dans la résistance sur la presqu’île de Crozon, il est envoyé à Paris par ses camarades maquisards. Il a pour mission d’y passer le concours de l’IDHEC (l’ancêtre de la Fémis) afin de devenir documentariste et de pouvoir, dit-il, « mettre une vérité en images ». La phrase du poète Paul Éluard, « Je dis ce que je vois, ce que je sais, ce qui est vrai » sera pour le cinéaste une véritable ligne de conduite jusqu’à sa mort, en janvier 2015 à Cancale. Réalisateur de films engagés, notamment auprès des luttes indépendantistes africaines, des luttes ouvrières française, ou encore contre l’extrême-droite, il aurait réalisé 180 films, pour la plupart disparus, abîmés, brûlés, ou dispersés par les urgences de l’histoire et par la censure. Vautier était l’auteur d’un cinéma que l’on a nommé d’intervention sociale, son œuvre a été comparée à une arme qui aurait disparu dans la bataille.


Le programme du cycle

 

Mourir pour des images & La mer et les jours | René Vautier
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma René Vautier

Mourir pour des images de René Vautier et Nicole Le Garrec, France, 1972, 46 min

La mer et les jours (sous réserve) de Alain Kaminker et Raymond Vogel, France, 1958, 22 min

Techniquement si simple & A propos de... l'autre détail | René Vautier
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma René Vautier

Techniquement si simple de René Vautier, France, 1971, 11 min

A propos de... l'autre détail de René Vautier, France, 1985, 50 min

Marée noire, colère rouge & Classe de Lutte | René Vautier
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma René Vautier

Marée noire, colère rouge de René Vautier, France, 1969, 38 min

Classe de Lutte du Groupe Medvedkine de Besançon , France, 1969, 38 min

Afrique 50, J'ai huit ans & Algérie en Flammes | René Vautier
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma René Vautier
Projection en pellicule 16 mm

Afrique 50 de René Vautier, France/ Algérie, 1949 sortie autorisée 1981, 20 min, 16mm

J'ai huit ans (sous réserve) de René Vautier, Olga Baïdar-Poliakoff et Yann Le Masson, France/Algérie, 1961, 9 min

Algérie en Flammes de René Vautier, France/Algérie, 1958,  25 min
Accompagné d'un entretien de René Vautier ( 15 min )

Avoir 20 ans dans les Aurès | René Vautier
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma René Vautier
Projection en pellicule 35 mm

Avoir 20 ans dans les Aurès de René Vautier , France, 1972, 1h41, 35 mm 

 

Et le mot frère et le mot camarade | René Vautier
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma René Vautier

Et le mot frère et le mot camarade de René Vautier, France, 1995, 50 min
Suivi d'une lecture de La vérité est toujours belle / La censure est politique

 

 Voir le programme complet des séances cinéma


Pour vous souvenir de ce cycle, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

du au
ical Google outlook Les cycles cinéma Toute l'actualité
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte


Partager ce cycle

Partager l’événement facebook


La sélection du vidéoclub

Le vidéoclub de Videodrome 2 vous propose une sélection de dvds et bluray en lien avec le cycle


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Tarif des séances

Gratuit pour les abonnés au Videodrome 2

PRIX LIBRE
Nous souhaitons que le cinéma demeure accessible à toutes et tous.
Nous souhaitons pouvoir porter la singularité de notre modèle de diffusion non commercial.
La curiosité, et le plaisir des images ne doivent pas être un privilège.
Si nous conseillons un prix, 5 euros (celui que nous appliquions jusqu’à présent), ce sera prix libre à partir de janvier 2020, pour toutes les séances organisées et portées par l’équipe de Videodrome 2, signalées en conséquence dans nos supports de communication.

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


 Voir le programme complet des séances cinéma

du au
ical Google outlook Les cycles cinéma Toute l'actualité
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte