Le monde contre volonté de fiction contre le désespoir

de Camille Zéhenne, 2019, France, 12 min

La ville de Bourdel se dote d’un nouveau programme immobilier : Les Beaux d’or, un éco quartier où regarder les coccinelles et garer sa voiture sans faire de créneaux. Mais petit à petit les humains qui y habitent ont eu une crise du sens et ils ont quitté la ville qui est désormais peuplée d’animaux. Le maire aussi a fait un discours d’adieu suite à l’échec de son programme immobilier. Aujourd’hui le dernier habitant de la ville flotte dans les airs


Autopoeisis

de Lana Z Caplan, 2019, USA, 7 min

#aerialskiers #SeoulWinterOlympics #divers #LeniRiefenstal #Olympia #OpticalIllusions#SpeculativelyGeneratedOuterSpace #SelfHypnosis #SunRa #SpaceIsThePlace #4ECognition#AssaultByHashtags #MeToo #BlackLivesMatter #StillMarching #GiletJaune #Brexit #IdeasofUtopia#AfroFuturism #AryanRace #HashtagActivism #YouAreASystem #ConstantlyBuffeted #Maintain#LoveWins

 


Blooming

de Lingyun Zheng, 2019, Chine/US, 13 min

Blooming parle d’amour et de maladie. Un peintre veut dessiner les fleurs du printemps. Mais le rose lui cause des réactions allergiques.

 

 

 

 


Lost in Her Hair (Monday)

de Pegah Pesalar, 2019, Iran/US, 6 min

Lost in her hair (Monday) débute par une jeune fille iranienne excitée qui se prépare pour son premier jour d’école. Pendant que sa mère lui brosse les cheveux et l’habille, elle discute hors champ des spécificités culturelles avec des membres de sa famille.

 

 

 

 

 


At Home but not at Home

de Suneil Sanzgiri, 2020, US/India, 11 min

Un essai d’exploration de l’identité, du cinéma et de la libération à travers des entretiens Skype avec le père du cinéaste qui a grandi sous le colonialisme portugais en Inde. Utilisant diverses méthodes et modes de vision à distance, ce film interroge la construction de l’artifice et de la mémoire à travers l’image en mouvement.


Junkerhaus

de Karen Russo, 2019, UK, 8 min

Junkerhaus est tourné dans la résidence de Karl Junker (1850-1912) qui a consacré sa vie à la construction de sa maison à Lemgo, en Allemagne. Réflexions, projections et changements de lumière donnent vie à des formes abstraites qui animent les surfaces et les structures, dressant ainsi un portrait psychologique qui offre un autre regard sur l’architecture de Junker comme expérience mystique et visionnaire.

 

 


Regina’s Regime

de Julian Pedraza, 2020, Espagne/Colombie, 7 min

Regina 11 est le pseudonyme de Regina Betancourt de Liska, figure atypique et multiforme de la culture populaire colombienne. Bien que son nom soit presque toujours associé à la sorcellerie et aux superstitions, elle a créé, à travers son iconographie et ses performances, son propre monde plein de références à la fois insolites et disparates. Son potentiel idéologique et son charisme particulier l’ont amenée à fonder le Mouvement Unitaire Métapolitique à la fin des années 70, devenant ainsi une pionnière mondiale de la représentation politique des femmes.

 


I Was Bit

de Aisha Azab, 2020, Egypte, 3 min

J’ai été mordue par un chien.


Billy

de Zachary Epcar, 2019, US, 8 min

La reconstitution d’une scène d’un soap opera ouvre ce psychodrame domestique. Un regard inquiet sur les affres de la décoration d’intérieur et sur  l’enchevêtrement illimité des choses.


Après nous le déluge

de Félix Fattal, 2019, France, 17 min

La pluie est tombée. La ville est devenue froide et vide, peuplée par des hommes engendrés par les machines. Leurs cœurs pourrissent évacuant toute émotion. Dans ce monde Kevin s’est réveillé sans souvenir et le béton aux tripes. Un soir, il rencontre Linsey qui essaye d’échapper à la violence des nouveaux hommes. Alors pour eux il ne reste que la vitesse pour revoir la mer et se noyer dans la chaleur du regard de l’autre.


Partager cette séance


Tarif de la séance

PRIX LIBRE
Nous souhaitons que le cinéma demeure accessible à toutes et tous. Nous souhaitons pouvoir porter la singularité de notre modèle de diffusion non commercial.
La curiosité, et le plaisir des images ne doivent pas être un privilège.
Si nous conseillons un prix, 5 euros (celui que nous appliquions jusqu’à présent), ce sera prix libre à partir de janvier 2020, pour toutes les séances organisées et portées par l’équipe de Videodrome 2, signalées en conséquence dans nos supports de communication.

Adhésion annuelle obligatoire de 5 euros (année civile)

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


Pour vous souvenir de ces séances, vous pouvez les ajouter à votre agenda

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte


Toutes les séances du festival

FILM D’OUVERTURE : The Watermelon Woman de Cheryl Dunye | MUFF #4
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du Marseille Underground Films Festival & Music, quatrième édition
Séance suivie d'un débat

The Watermelon Woman de Cheryl Dunye, 1996, USA, 1h30, VOSTFR

 

Programme #1 Sous Influence | MUFF #4
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du Marseille Underground Films Festival & Music, quatrième édition

Programme #1 Sous Influence, 1h29

 

Programme #2 Fréquences visuelles | MUFF #4
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du Marseille Underground Films Festival & Music, quatrième édition
Remise du prix du public

Programme #2 Fréquences visuelles, 1h19

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte