Présenté au Festival de Cannes 2017 dans la sélection officielle de l’ACID, le film Coby de Christian Sonderegger a marqué les esprits par son sujet et le traitement qu’il en est fait. Coby, c’est le nom que Suzanna a décidé d’adopter lorsque sa décision de changer de sexe s’est concrétisée. Le cinéaste nous dresse le portrait de son demi-frère, né fille, qui à l’âge de 23 ans a fait le choix de devenir un homme. On suit ainsi le parcours de ce transgenre dans sa vie de jeune homme, habitant d’une petite ville du Middle-West, tout en s’intéressant aussi à l’impact que ce changement a eu sur sa famille ainsi que l’évolution de leur regard face à lui. Ce film est le témoin d’un changement de point de vue, d’un changement de perspective sur des questions sociales actuelles et c’est pourquoi nous vous proposons de le découvrir au Videodrome 2 le Dimanche 10 Juin à l’occasion de la vingt-cinquième édition des Primeurs du Blog documentaire.

Chaque deuxième dimanche du mois, vous avez rendez-vous avec le documentaire.
Prenant acte de la faible diffusion du documentaire en dehors de Paris, Les Primeurs du Blog documentaire proposent une programmation mensuelle de documentaires en avant-première ou issus de festivals.


:: Coby
de Christian Sonderegger – 2017, France, 1h18

Dans un village au cœur du Middle-West américain, Suzanna, 23 ans, change de sexe. Elle devient un garçon : Coby. Cette transformation bouleverse la vie de tous ceux qui l’aiment. Une métamorphose s’opère alors sous le regard lumineux et inattendu du réalisateur, qui alterne scènes de vie quotidienne 5 ans après l’opération, entretiens avec les proches de Coby, vidéos issues du blog de Suzanna avant son changement de sexe et archives familiales. Comme le dit le père de Coby au cours d’un entretien: “Changer a des conséquences, ne pas changer en a d’autres”.

“Christian Sonderegger suit Coby dans ses réflexions et son regard rétrospectif sur ce qu’il amène à être lui-même au moment où il est filmé. La démarche documentaire est ici d’autant plus pertinente qu’elle se situe entre le journal intime filmé résolument ouvert aux autres comme l’illustre cette première séquence où Coby face à une caméra d’ordinateur se filme dans le but de créer une vidéo diffusée sur YouTube. Le film navigue ainsi entre les médias de diffusion afin d’accompagner et porter une parole, celle du témoignage de Coby. Car il faut avouer que si depuis quelques années commencent à apparaître dans des films de fiction et de documentaire des hommes souhaitant devenir des femmes, l’inverse est étrangement absent. Comme si ce passage du sexe féminin au masculin était encore plus tabou que l’autre. Les raisons de cette absence dans les médias mérite sérieusement d’être longuement pensées pour comprendre les enjeux de la société actuelle. C’est pourquoi, Coby, le documentaire de Christian Sonderegger, est une œuvre d’autant plus essentielle par son sujet mais aussi par sa manière de le construire cinématographiquement. […] Il est intéressant que le film commence comme une introduction de vidéos Internet pour continuer à se développer dans une approche complètement cinématographique, qu’il s’agisse des choix de tournage ou du rapport des individus à la caméra. C’est une manière de déplacer un sujet du média Internet à la salle de cinéma encore trop frileuse pour nourrir une réflexion chez le spectateur du devenir d’un personnage dans son expérience de l’altérité. Le film fait un étonnant métissage entre le documentaire classique avec des entretiens face caméras pour les parents de Coby, filmés posément sur leur siège alors que le témoignage du personnage éponyme est recueilli dans le cœur de sa vie en action. […] De même, il n’est jamais ici question de filmer des mouvements revendicatifs portés par la société civile, comme si le choix de vie de Coby s’inscrivait simplement par la force de son tempérament à l’égard de son entourage sans qu’il soit nécessaire pour lui de chercher à révolutionner l’ensemble de la société afin de se faire accepter.”
Cédric Lépine, pour Mediapart

Le réalisateur
Né à Strasbourg en 1967, Christian Sonderegger suit des études de chef opérateur à l’école Louis Lumière à Paris. Après dix années passées à exercer ce métier, il décide de se former à l’écriture de scénarios et participe à l’élaboration de longs-métrages pour la société Lazennec Films. Avec sa société de production Ciaofilm, créée en 1998, il réalise trois courts-métrages : La Peur du Vide , Indécence  et Millefeuille . Tout en continuant sa profession d’assistant réalisateur, il réalise quelques films institutionnels et prend part à certains documentaires en tant qu’ingénieur du son. Coby, paru en 2017, est le premier long-métrage documentaire qu’il réalise.


Le blog documentaire est le site d’informations et d’analyses incontournable sur les arts documentaires au cinéma, à la télévision, sur le web et ailleurs.
Fondé en 2011, cet espace collaboratif ouvert à toute proposition éditoriale regroupe toutes les actualités du secteur, des analyses de films et de programmes interactifs, des compte-rendus de festivals ainsi que de nombreux entretiens avec des auteurs, des producteurs et des diffuseurs. Cédric Mal en est le directeur de la publication. L’animation éditoriale du site est menée conjointement par Nicolas Bole et Cédric Mal.

Le Blog documentaire

Voir la page partenaire

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès

 


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte