L’engagement féminin par le cinéma

Aflam vous propose, pour cette nouvelle saison des Ecrans, d’explorer le cinéma à partir de la thématique de l’engagement du point de vue des réalisatrices. Conçu en collaboration avec Mathilde Rouxel, et avec la complicité de nos partenaires La Baleine et le Polygone Étoilé, ce cycle vous invite à découvrir des films récents mais aussi des œuvres patrimoniales.

L’engagement féminin ne veut pas dire ici explorer la condition de la femme ou l’avancée du féminisme dans les pays arabes. La question qui se pose est davantage où se placent les
femmes quand elles font du cinéma ? et sur quels sujets se portent leur attention ?

En novembre, nous vous invitons à découvrir le premier long métrage de fiction de Yasmine Chouikh Jusqu’à la fin des temps, une comédie dramatique algérienne. Dans ce film, insolite et lumineux, le cimetière Sidi Boulekbour devient le théâtre de la nouvelle vie amoureuse de la protagoniste.


Jusqu’à la fin des temps

de Yasmine Chouikh, Algérie, 2017, 1h33, fiction

L’histoire se déroule dans un cimetière, Sidi Boulekbour, un marabout bienveillant niché en haut d’une crête. Ce Marabout veille sur les âmes des défunts des villages alentours. Tout est prêt pour la Ziara d’été (pèlerinage), période à laquelle des centaines de familles viennent se recueillir sur les tombes de leurs défunts.
Dans le bus qui transporte les pèlerins se trouve JOHER, une sexagénaire qui vient pour la première fois se recueillir sur la tombe de sa soeur. Lors de ce séjour, elle va rencontrer ALI notre héros, fossoyeur et gardien du cimetière et lui demander de l’aider à organiser ses propres funérailles. Cette rencontre, destinée à organiser étape par étape les funérailles de JOHER, va bouleverser le quotidien de ALI et lui faire désirer plus de la vie.


Note d’intention de la réalisatrice

Jusqu’à la fin des temps est un déversoir ou convergent les idées, les problèmes et les questions incessantes qui agitent mon esprit, un courant d’énergies contradictoires ou s’entrechoquent mes doutes et mes certitudes.

Des doutes nourris par ce bouleversement et cette effervescence que connait le monde arabe et occidental qui absorbe notre attention, un monde où tout tourne à la même vitesse, l’environnement, les médias, l’actualité, la réalité est devenue l’esclave d’une exportation massive de la peur.

Des doutes aussi concernant le choix de l’histoire à raconter dans cet éventail de récits douloureux qui envahissent nos quotidiens, martelant nos cœurs et nos imaginaires. Et au milieu de ces doutes, une certitude, celle qui croit que chaque histoire, aussi simple soit elle, a le droit d’être racontée, même celle des personnes anonymes et dont la vie n’a pas d’influence directe sur le monde.

C’est cet ouragan d’idées qui m’a amené à écrire cette histoire, l’histoire d’un fossoyeur.

Je voulais parler d’un amour né dans un cimetière, une histoire d’amour entre deux septuagénaires n’attendant plus grand chose de la vie et pensant qu’ils n’ont plus droit qu’à la mort, une métaphore de nos sociétés qui ont également tendance à être des lieux sinistres où la mort est reine et l’amour est tabou et si l’amour est toléré, il reste l’apanage de la jeunesse.

Dans la conscience collective de ma société, les personnes âgées incarnent la sagesse, la maturité, ils sont des modèles dépouillés de toute sensualité, sexualité et de désirs charnels, un raisonnement tellement ancré dans notre vie quotidienne que mes personnages vont vivre cette idylle en un amour platonique, se convainquant que l’amour n’est pas de leur âge.

Entre l’amour interdit, le capitalisme triomphant, la mort omniprésente, le conservatisme rigide, la condition de la femme et le poids de la société, chacun des personnages de cette histoire se questionne au sujet de la place au rêve, à la liberté de l’amour et de la vie simple de tous les jours.


La bande annonce


Pour vous souvenir de cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte


Partager cette séance

Partager l’événement facebook


En partenariat avec


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès

 


Tarif de la séance

La séance est à prix libre

L’adhésion annuelle indispensable est de 3€ minimum

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte