Quelle est la dernière image, parvenant de Turquie dont vous vous souvenez? Est-ce une photo d’Erdogan à la une d’une chaîne d’info, suivi de 37 secondes bien organisées pour mettre en avant la supériorité diplomatique de l’U.E – sans ironie – ? Est-ce une vidéo de Gezi, qui date déjà mais qui vous rappelle un combat dans un des lieux les plus emblématiques d’Istanbul? Ou une image à vous, un voyage, un souvenir?

Avec Je t’interpelle dans la nuit, nous vous invitons à découvrir d’autres images. Images en recherche, en mouvement, qui explorent des formes afin de pouvoir créer un contre-discours: celui de ceux qui ont trop vu d’images d’Erdogan à la une des médias, celui des héritier.e.s de Gezi, celui de ceux qui veulent partager leurs images à eux.

Créés dans une économie qui ne les soutient pas, ces films sont tous le résultat d’un désir des réalisateur/ices de poser des mots et des images sur des situations de violences quotidiennes et de trouver des réponses. Drôles, tendres, tristes ou en colère, ces réponses sont autant de façons de nous interpeler sur nos manières de regarder, d’aimer et de résister. A la manière d’Asli Erdogan dans Je t’interpelle dans la nuit, les réalisateurs/rices n’ont “pas de remèdes ni pour la société, ni pour (eux)-mêmes, ni pour la vie” mais continuent de questionner et d’espérer.

En partenariat avec Les films sur la comète et l’Ambassade du Turfu.
La programmation se prolonge à l’Ambassade du Turfu (3, rue Raymondino, 13003) le samedi 23 juin à 18h avec un ciné-club spécial.
> En savoir plus


Turkish Kiss
de Genco Gülan – 2014, 2‘50, VOstFR

There is no censorship in Turkey (Il n’y a pas de censure en Turquie)
d’Azra Deniz Okyay – 2011, 1‘35, VOstFR

This video was made with a word of Turkish President Abdullah Gül who said ” There is no censorship in Turkey”

As a young turkish, The video is taking part of the way how we have to live and find new waves to contour for leaving with the laws… Youtube, Vimdeo, twitter were banned many times untill that…

Text for the video :

“There is no censorship in Turkey.
In the public transport is just protect the family “honor”…
There is no censorship in Turkey.
On television, on the internet configuration is intended to protect the family …
There is no censorship in Turkey.
to balance the consumption of alcoholic beverages and dilution …
There is no censorship in Turkey.
In order to clear freak, build a new art …
There is no censorship in Turkey. ”

Hafiza
de Artikisler Kolektifi – 2010, 8‘40, VOstFR

Found footage

Sulukule Mon Amour
d’Azra Deniz Okyay – 2017, 6‘10, VOstFR

Gizem and Dina are two young women in Sulukule, a district of Istanbul that is facing demolition. They dance in the streets and atop the ancient city walls with a torch raised triumphantly on high, burning colored smoke. Their dance is resistance, a celebration of their freedom. And there’s also freedom in the striking visualization of this film portrait, with all the dances in slow motion, in exciting contrast with the soundtrack. They tell most of their story offscreen. When they started dancing, they were told that “People will stare at you, men will lust for you.” But if they had listened to those people, they would now be married and invisible. They want something else—they want to be happy. They aren’t dancing for other people, and certainly not for men. Sometimes they get chased away, but then they just go to the park and keep dancing. They dance in the rain and the snow, during the day and at night, believing dance can bring people together. They want to fight discrimination against women, Kurds, Arabs and Roma. Dance is their salvation.

Remake, Remix, Rip-Off
de Cem Kaya – 2016, 1h, VOstFR

Au début des années 50, l’industrie du cinéma turc se transforma en véritable usine à remakes en tous genres. Pendant près de 40 ans et au rythme de 300 films par an, fut produit dans les studios d’Istanbul une multitude d’ersatz de films d’actions, de terreur, d’aventures ou de contes féeriques, pour la plus grande joie d’un vaste public populaire, heureux de retrouver les icônes du cinéma hollywoodien revisitées à la sauce djadjique. L’arrivée de la télévision signa l’arrêt de mort d’une industrie pourtant florissante. Toutes les copies de films furent détruites afin d’en extraire le nitrate d’argent et il ne subsiste aujourd’hui que quelques rares et mauvaises copies vidéos. À l’occasion d’un remarquable documentaire, retraçant l’histoire de cette période précieuse du cinéma populaire turc, focus sur trois films incontournables du cinéma “made in Istanbul”. Pendant sept ans, le spécialiste de la culture du found footage et du mash-up Cem Kaya a rencontré les grands noms de cette prolifique industrie et dresse un portrait touchant et lucide de l’histoire du cinéma turc.

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte RAGE + adhésion annuelle
:: VIDÉOCLUB : 3 films pour 7 jours

:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
100€ (payables en trois fois par chèque)

La carte SCANNERS + adhésion annuelle
:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
80€ (payables en trois fois par chèque)

La carte 10 séances + adhésion annuelle
40€

 

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance

 


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte