The Bloody Olive

de Vincent Bal, 1997, Belgique, 12mn, VoStFR

The Bloody Olive est librement inspiré de la bande dessinée Imbroglio de Lewis Trondheim, éditée dans la collection trop mignonne qu’est Patte de Mouche.

Le 24 décembre 1951. Werner et Mylène se préparent à réveillonner quand soudain on sonne à leur porte.

C’est Sam, un collègue de Werner.

Il a découvert que ce dernier fausse la caisse de l’entreprise depuis quelques mois et exige l’argent détourné en retour.

La soirée s’annonce mouvementée …


Blood Simple (Sang pour Sang)

de Joel et Ethan Coen, 1985, USA, 1h36, VoStFR

Ce premier long métrage des frères Coen condense déjà toute la noirceur, l’ironie ainsi que le regard des frères Coen sur l’Amérique profonde. Ces thématiques influenceront ainsi, toutes leurs œuvres à venir.

Quand on pense aux frères Coen, des films comme Fargo, No Country For Old Men, ou encore The Big Lebowski , nous viennent à l’esprit. Des films qui ont marqué tout un pan du cinéma par leur emprunt au classicisme américain comme le film noir, le western, ou la comédie burlesque. Joel et Ethan Coen se sont imposés au fil du temps comme des maîtres du septième art, capable à travers les genres cinématographiques de narrer une histoire de l’Amérique. Et cette histoire commence avec leur premier film Blood Simple, polar noir étincelant. Le film se déroule au Texas et raconte l’histoire de Julian Marty, gérant d’un bar texan qui suspecte son épouse Abby de le tromper avec Ray, un de ses barmans. Marty engage un détective privé Losen Vesser afin de tuer le couple. Mais rien ne va se passe comme prévu. D’une histoire assez simple les frères Coen vont distiller plusieurs thématiques qui vont alimenter toutes leurs filmographies.

Moi mon patelin c’est le Texas, et au Texas on rame chacun pour soi

Le film s’ouvre sur un monologue du personnage de détective privé Losen Vesser, qui indique clairement de quoi traitera le film notamment sur cette phrase : Moi mon patelin c’est le Texas, et au Texas on rame chacun pour soi. On constate donc une critique de l’individualisme américain et cela se ressent tout d’abord par l’ambiance du film, situé dans une bourgade du Texas en pleine Amérique profonde donc, un espace chère aux frères Coen qui ne cesseront à travers leurs films d’analyser ces territoires. C’est au niveau ensuite des personnages que cela est le plus criant : ils affichent une misanthropie désolante incapable de communiquer entre eux, ne se faisant aucunement confiance et cela est plus frappant avec le couple formé par Ray interprété par John Getz et Abby interprété par Frances McDormand. Néanmoins et comme à chaque film des Coen, ces personnages affichent une certaine tendresse car ce sont ce qu’on pourrait appelé des losers magnifiques. Blood Simple, comme son nom l’indique est donc teinté de noirceur avec de grandes fulgurances de violences notamment incarné par le personnage de Vesser véritable monstre cynique qui représente toute la violence et aussi l’ironie qui traverse tout le film. Un personnage fondateur pour Joel et Ethan Coen car ils utiliseront dans certains films comme Fargo, Barton Fink, ou No Country For Old Man de nombreux monstres humains.

Une thématique chère aux frères Coen fait son apparition dans Blood Simple : il s’agit des questionnements moraux que se posent les personnages. En effet, le fait de tuer une personne et ses conséquences sont le moteur du récit. Cela éclate brillamment avec le personnage de Ray troublé après avoir commis l’irréparable au milieu du métrage, se révélant à partir de ce moment le personnage le plus intéressant du film. Ces interrogations liés a l’acte criminel ne cesseront de hanter l’œuvre des frères Coen notamment dans Miller’s Crossing et Fargo.

Enfin, la mise en scène de Joel Coen ne s’arrête pas là bénéficiant d’un travail sonore somptueux grâce au compositeur attitré des Coen, Carter Burwell. la photographie de Barry Sonnenfeld n’est pas en reste, permettant un éclairage sombre, donnant un certain ton au film. Pour toutes ces raisons, Blood Simple le premier joyaux des frères Coen.

Source : lemagducine.fr


La bande annonce


Pour vous souvenir de cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte


Partager cette séance


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte RAGE + adhésion annuelle
:: VIDÉOCLUB : 3 films pour 7 jours

:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
100€ (payables en trois fois par chèque)

La carte SCANNERS + adhésion annuelle
:: CINÉMA : accès illimité à toutes les séances hors séances spéciales et festivals
80€ (payables en trois fois par chèque)

La carte 10 séances + adhésion annuelle
40€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte