Pendant 5 jours, la 17ème édition du festival international de vidéo expérimentale Images Contre Nature présentera films et performances.

 

En premier lieu, la sélection : 84 films répartis en 8 programmes. Ils ont Taïwan, Cuba, l’Inde, la Norvège, le Liban la Suède, les États-Unis ou encore la Chine, la Biélorussie, la Belgique pour provenance. A leur diversité géographique s’ajoute une diversité de sujets et de traitements. Bien que sèches, les grenouilles s’animent. On écarte les voiles opaques des secrets de famille. La violence et la guerre côtoient les instants heureux et colorés où l’enfance tient souvent le premier rôle. Delon aime Ronet. L’animation se mélange aux prises de vues. Mélancolie, folie, médicaments, méandres solaires et sombres, l’introspection est méticuleuse, sans tabou. Tout tourne. Les techniques sont multiples, pixilation, lumière, peinture ou found-footage, beaucoup de found footage. Un recyclage d’image à la fois critique et esthétique qui pointe le pire et joue du meilleur.

 

En second lieu, l’ouverture et le clôture. Cette année, nous nous associons avec le Videodrome 2, le festival Tours Courts, Dodeskaden et le MUFF pour embellir notre programmation. En ouverture, le programme Corps scientifique / Corps fantastique concocté par le Tous Courts en 2004, sera rediffusé. Un mélange étonnant et détonnant, un voyage par le corps, une observation distante et intime de ce que nous sommes. En clôture, Dodeskaden, MUFF et Videodrome 2 bousculerons les codes : images et sons combinés en 3 performances avec Xavier Quérel, Jean-Luc Gergonne, Cati Delolme, Lewis & Clovic. Projecteurs 16 mm, chants, sons, musiques et pellicules sautillantes pour jouer du cinéma et provoquer nos imaginaires.

Le teaser

(ATTENTION : certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes)


Soirée d’ouverture :: par P’Silo, Videodrome 2, Dodeskaden et le MUFF – 3 performances – 3h

 

Quelques minutes de soleil après minuit
de Xavier Quérel
performance cinéma, projecteur 16mm, lumières, objets, micros

Venez vous asseoir à la marge des règles traditionnelles du cinéma. Bien sûr, les principes de base sont présents : lumière, obturateur, son, écran, œil, cerveau, imaginaire. Mais les conventions sont bousculées. Le dispositif est renversé, le projecteur devient un instrument, l’opérateur joue en direct, devant vous. “Quelques minutes de soleil après minuit” propose une expérience singulière. Sous la précision du geste se déploie un univers sur le fil, entre rêve et réalité, intime et chaos. Pellicule allumeuse, sauvage et passagère. Saturation des flux. Suspension, silence fragile. Les flashs se réveillent, la mécanique hurle. Nos rétines deviennent infidèles et se laissent noyer dans un pur éphémère.

“Encore quelques minutes de soleil après minuit
Les flashs se réveillent et le moteur crie.
Io se rebelle – de nos corps inflammables – mono solo –
Pour assouvir le vertige électrique du Chaos
Pellicule allumeuse, sauvage et passagère,
Saturation des flux, volcane et suspension
Vibrer au son des loupes – en boucle –
Encore quelques minutes de soleil après minuit
Les pupilles deviennent infidèles
Et se laissent noyer dans un pur éphémère.”
Xavier Quérel

 

Cinéaste autodidacte, Xavier Quérel réalise des films pour en jouer en direct depuis 1990. Il vit à Grenoble. Son travail singulier se présente sous la forme de performance “live” où projections, lumières et sons sont manipulés en direct devant les spectateurs. Il considère le projecteur cinéma comme un instrument. Grâce à une longue expérience de l’improvisation, il a développé des techniques particulières, manipulations ingénieuses et différents dispositifs qui lui permettent de jouer avec la spontanéité d’un musicien. Ses performances “Expanded Cinema” relèvent plus du spectacle vivant que d’une projection cinéma traditionnelle. Depuis 1990, il est membre de la Cellule d’Intervention METAMKINE internationalement renommée, (avec J. Noetinger et C. Auger), groupe qui présente des performances musique et cinéma basées sur la pratique de l’improvisation (plus de 300 dates dans toute l’Europe, Usa, Japon, Mexique, Australie, N-Z, Corée du sud..).


Pouvoir érotique des sirènes
de Jean-Luc Gergonne avec Cati Delolme
pièce musicale pour microphones, voix, corps, traitement en direct et projection vidéo

Les sirènes sont au départ des femmes oiseaux douées de séduction grâce à un chant irrésistible afin de dévorer les hommes, notamment les marins. Composée à partir d’Ulysse et du mythe d’Orphée dans la version d’Homère, Pouvoir érotique des sirènes lie musique, mouvement et chant sur fond de vidéo et de mythologie grecque où le point déterminant est à chaque fois une rencontre essentielle.

“Pouvoir érotique des sirènes” est un parcours initiatique contemporain essayant de transformer les perceptions. Dans mon travail, j’incorpore des contraintes ludiques souvent complexes avec des gestes curieux, des déplacements, et des jeux comprenant certaines règles avec ses gages et ses récompenses multiples. Ces règles internes, des rituels que l’on ne comprend pas forcément en tant que spectateur apportent une autre façon de faire voir et de faire écouter, de ressentir la musique.

 

Jean-Luc Gergonne : Sa recherche musicale porte sur les dispositifs scéniques de mise en espace du son, la spatialisation technique et naturelle, la place de l’auditeur dans les créations musicales. Depuis 1995, il compose de nombreuses pièces acoustiques en stéréo et en octophonie, diffusées entres autres au festival Futura, au festival Synthèse de Bourges, au Glaz’art à Paris, au centre Noroît, au MIA, au GMEM à Marseille, au festival Zeppelin de Barcelone… et a reçu plusieurs prix. Il compose également des pièces instrumentales avec une écriture par le geste, le mouvement et les contraintes de corps, ainsi que des pièces mixtes pour instruments et sons fixés sur support ou électronique avec traitement en direct, et des pièces ouvertes, graphiques ou intuitives. Il réalise des installations sonores et visuelles, du « cinéma pour l’oreille » et des films expérimentaux où l’image complète, se marie avec ou remplace le son. Pour JL.Gergonne, la musique naît du silence, du geste et du mouvement.
Cati Delolme : Artiste pluridisciplinaire, elle a d’abord pratiqué la danse contemporaine et les arts plastiques avant de se consacrer au travail de la voix. Sa palette d’expression, très ouverte, reflète son désir d’explorer le son vocal dans ses moindres recoins. Son parcours d’interprète, nourri par de nombreux voyages au contact de cultures vocales extra occidentales, et par des collaborations avec différents ensembles vocaux, la mène des polyphonies traditionnelles et anciennes à la musique contemporaine. L’improvisation y tient une place privilégiée : point de rencontre d’influences multiples et point de départ d’une écriture musicale, qu’elle a notamment développée au sein de l’ensemble de polyphonie expérimentale a capella le nom commun, qu’elle a co-fondé en 2005, mais aussi en duo avec la compositrice Pôm Bouvier B., ou au sein du Grand 8, grand ensemble de musique improvisée. Elle est également pédagogue et chef de chœur. Nourrie par les pratiques artistiques, corporelles et musicales qu’elle a traversées, elle a développé une pédagogie de la voix tout à fait singulière. Elle anime ateliers, stages, et formations autour de la polyphonie, du geste vocal et de l’improvisation auprès de différents publics, et au sein de l’association le Chant du Voisin à Marseille, qu’elle a créée en 2003.


Comportement d’ondes
par Lewis & Clovic
pour deux projecteurs cinématographiques 16mm

The projectors there become animals of screening without film. The raw light, at the base cut 24 i/s, is constantly worked to create shapes and movements.
We play pre-cinema for a Space-Opera-Noise based on optical manipulation and beam trituration … a sound kinetic fiction for four hands.

“Ces simulacres s’élancent dans toutes les directions mais comme les yeux sont les seuls à les voir, c’est où nous portons nos regards que les objets les arrêtent de leurs forment et de leurs couleurs. Cette image émise pousse l’aire interposée entre elle et les yeux…l’air chassé y baigne nos pupilles et s’en va. Sans doute cela s’opère avec une rapidité prodigieuse.” Lucrèce 60 av. J.-C.

 

Lewis & Clovic, moins connus sous les noms de Clovis Lemaire-Cardoen et Loïc Verdillon, ont une fâcheuse tendance à la recolte compulsive d’objets soit disant obsolètes. Descendants directs de la dynastie grenobloise MTK-Metalking-Metamkine, ils programment depuis plusieurs années, avec les collectifs Artoung! et Archipel Urbain, le cinéma expérimental et la musique improvisée au 102.

 


Le partenaire de programmation

Voir la page partenaire

 

 

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte