Édito

 

 

« Did you think the audience knew it was a woman standing behind the camera ? – Of course not, how could they ? » – Doris Wishman

 

Doris Wishman, Stephanie Rothman et Amy Holden Jones relèvent le curieux paradoxe d’être à la fois des réalisatrices légendaires, et d’être pourtant méconnues du grand public. Peut-être parce qu’elles officiaient dans le cinéma d’exploitation américain, dont les productions outrancières et anarchiques sont tombées longtemps sous les radars de la critique. Peut-être aussi qu’en tant que cinéastes de genre, elles ont été réduites à des codes cinématographiques, et les oeuvres ont pris le pas sur les artistes. 

Alors oui, Wishman, Rothman et Holden Jones pourraient être (re)découvertes simplement pour les petits bijoux artisanaux et transgressifs qu’elles mettent en scène. Pourtant, après Laura Mulvey, après Judith Butler, après #MeToo, leur travail se trouve imprimé d’un prisme nouveau et presque révolutionnaire : celui du female gaze.

Les trois réalisatrices questionnent tour à tour les conventions des films érotiques, des films de vampire ou de slashers. Alors que ces genres se sont construits sur une iconographie patriarcale – celle d’une prédation esthétisée et voyeuriste -, elles proposent une inversion de perspective, posant la question plus large de l’agentivité face à des figures imposées. 

De là à en faire les chantres d’un (proto-)féminisme ? Non : parce qu’elles ne l’ont jamais revendiqué ; et parce que leurs films n’ont jamais été conçus comme des manifestes politiques. Ils sont en tout cas un majeur levé très punk aux étiquettes étriquées et un hymne badass à une contre-histoire du cinéma.

 

« I didn’t always get to choose the subjects of the film, but I did have control over the attitude toward and the treatment of the subjects. » – Stephanie Rothman

Nicolas Andrieux

Toutes les séances du cycle

 

 

Genres dans le trouble | Bad Girls Go to Hell de Doris Wishman
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle Genres dans le trouble

Bad Girls Go to Hell de Doris Wishman | 1965 | États-Unis | 1h05 | Vostfr

Genres dans le trouble | The Velvet Vampire de Stephanie Rothman
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle Genres dans le trouble

The Velvet Vampire de Stephanie Rothman | 1971 | États-Unis | 1h20 | Vostfr

Genres dans le trouble | The Slumber Party Massacre de Amy Holden Jones
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle Genres dans le trouble

The Slumber Party Massacre de Amy Holden Jones | 1982 | États-Unis | 1h16 | Vostfr

du au
ical Google outlook Les cycles cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte