Édito

 

« Le cinéma est-il un art ? « Qu’est-ce que ça peut vous faire » est ma réponse.
Jean Renoir

Il y a eu le cinématographe et la télévision. Deux procédés distincts. L’un provient de la théorie de la lumière, l’autre de celle du signal, on peut peut-être le dire comme ça. C’est la toute fin du XIXème siècle en tous cas, pour les deux. Et tous deux ont eu des retentissements étonnants durant le XXème. Et tous deux se sont entremêlés, dans de drôles de noces. Il faut considérer les va-et-vient : Hitchcock, Rossellini, Godard, Pialat, Renoir, Lumet, pour ne citer qu’eux… Plus près de nous, Dupontel, les Nuls, les Robins des bois, Astier en un sens… Et un jour sera faite l’histoire des transfuges HBO et Netflix.

D’ailleurs, il n’y a pas qu’avec la télévision que le cinématographe entretient des relations torves : Music Hall, théâtre, roman, bande dessinée, musique, les listes sont longues, là encore, des transfuges divers. Ce qui délimite un territoire gigantesque de films qui n’ont pas été réalisés par des individus se revendiquant cinéastes. C’est Rossellini disant « Je ne suis pas un cinéaste », c’est Chaplin « C’est ce que nous sommes tous, des amateurs ».

C’est réjouissant, ce caractère non disciplinaire du cinéma, ces discussions qui commencent par « tu sais, moi, le cinéma, je n’y connais rien », et qui se poursuivent pendant des heures sur tel ou tel film…

Le texte de Renoir qui débute par la phrase en exergue se poursuit par : « Faites des films ou bien faites du jardinage. »

Alors voici un groupe de jardiniers, cinq anglais et un américain (depuis naturalisé sujet de la gracieuse majesté) : Terry Jones, John Cleese, Michael Palin, Eric Idle, Graham Chapman et Terry Gilliam. Ils ont labouré la BBC, quelque temps, de 1969 à 1974.

En 1971, ils ont rejoué certains de leurs sketches télévisuels pour « le grand écran » (La première folie des Monty Python, Ian MacNaughton). Mais la lassitude s’était installée à la télévision, Cleese était parti. Le Monty Python’s Flying Circus s’achève donc, mais la troupe se reforme pour un film (Monty Python : Sacré Graal !, Terry Gilliam et Terry Jones, 1975). Le succès est tel qu’ils sont régulièrement interrogés sur la suite qu’ils comptent donner à leur travail. Par provocation et pour faire taire les journalistes, ils ont pris, à la suite de Palin, l’habitude de répondre : la vie du Christ. Ce qui sera finalement Monty Python : La vie de Brian, Terry Jones, 1979. Enfin, leur dernier film (Monty Python : Le sens de la vie, Terry Jones et Terry Gilliam, 1983) leur fera connaître la reconnaissance critique (Grand prix du jury Cannes 1983), alors qu’ils le considèrent comme raté…

À nous donc de voir si ces quatre films ont également labouré et semé quelque chose dans et avec le cinéma.

 

 


Les séances du cycle 

 

 

La première folie des Monty Python
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle Always Look on the Bright Side of Life

La première folie des Monty Python de Ian MacNaughton | 1971 | Royaume-Uni | 1h30

Monty Python : Sacré Graal !
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle Always Look on the Bright Side of Life

Monty Python : Sacré Graal ! de Ian Terry Jones & Terry Gilliam | 1975 | Royaume-Uni | 1h31

Monty Python : La vie de Brian
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle Always Look on the Bright Side of Life

Monty Python : La vie de Brian de Terry Jones | 1979 | Royaume-Uni | 1h32

Monty Python : Le sens de la vie
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle Always Look on the Bright Side of Life

Monty Python : Le sens de la vie de Terry Jones & Terry Gilliam | 1983 | Royaume-Uni | 1h47

du au
ical Google outlook Les cycles cinéma Toute l'actualité
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte