Na cidade vazia (séance annulée)

de Maria Joâo Ganga – 2006, Angola, 1h30

Fuyant la guerre civile, un groupe d’enfants arrive à Luanda. N’Dala s’échappe et part à la découverte de la ville . Recherché, il découvre une ville à la dérive et veut rentrer chez lui. Dans la ville soumise au chaos, les illusions révolutionnaires sont devenues poussière, les rencontres troubles et fascinantes.

 

Notes d’intention de la réalisatrice:
Ce film est un regard sur le temps qui s’est écoulé entre deux époques différentes : les années de l’épopée révolutionnaire et la période perturbée qui s’est imposée à partir des années 80.
Nous sommes devant le constat de l’échec irrémédiable d’un rêve.

Dans l’histoire du film, ces deux époques, perspectives et réalités, sont symbolisées par le parallèle établi entre la vie de deux enfants : Ngunga et N’dala. Ngunga est le héros emblématique de la phase révolutionnaire. Un enfant courageux qui a conscience de la nécessité de changer le monde et la conscience des adultes.
Ngunga, le petit combattant a grandi en chacun de nous, comme une exemple à suivre. N’étions-nous pas, nous, cet “Homme nouveau” qu’il commençait à édifier?
A la fin des années 80, N’dala est un orphelin et réfugié de guerre. Il chemine dans un monde dépourvu de perspectives qui vit au rythme décadent et précipité de la survie.

L’histoire de N’Dala est assez commune dans le quotidien angolais et il serait trop aisé de tomber dans le sensationnalisme de la guerre. Nos bonnes consciences apaisées survivront aux coups de feu, pas N’dala.
En tant que femme angolaise je vis le jour-le jour turbulent de Luanda, qui malgré la paix récemment instaurée devrait encore voir durant des années nombre d’enfants dans ses rues.

Maria Joao Ganga


“Ravagé par deux décennies de guerre civile, l’Angola n’est pas encore tout à fait relevé de toutes ses blessures. Dans Na Cidade Vazia, la réalisatrice met en scène un Luanda fait de débrouilles, de belles rencontres mais aussi de fréquentations peu recommandables.

Mettre en scène des enfants, c’est souvent quitte ou double. Avec Roldan Pinto João, jeune héros du film, la réalisatrice a visé plus que juste. Venant du monde du théâtre (elle a mis en scène de nombreuses pièces et monté une troupe de théâtre d’enfants), elle parvient, dans ce film, à le diriger précisément, au point qu’on ne sait plus quelle est la part du travail de direction de l’acteur et la part du naturel. Chose rare pour un premier long-métrage, et heureuse tant le film tient surtout par l’interprétation du jeune garçon.

Roldan Pinto João est N’Dala. Il vient de la province du Bié, bien loin de la capitale. Pendant la guerre, toute sa famille a été assassinée; lui et d’autres enfants sont recueillis par des religieuses qui les ramènent en avion à Luanda. Mais à peine atterri, N’dala parvient à s’enfuir et rejoint seul la grande ville. Passant de deux échelles d’environnement bien différentes (le calme et le cocon familial de la brousse, puis l’agitation de la capitale), il découvre un monde qui lui était totalement inconnu.

Na Cidade Vazia (littéralement « dans la ville vide ») aurait pu nous plonger dans un monde violent et inhumain, duquel toute solidarité est absente. Récemment, Un héros de Zézé Gamboa (sorti le 7 décembre 2005), abordait lui aussi le thème de l’après-guerre en Angola. Dans ce film, le personnage principal est un ancien héros de la guerre, dont personne ne fait cas une fois sa démobilisation advenue, et alors qu’il a perdu une jambe. Les parallèles sont nombreux entre les deux histoires ; montrer les conséquences de la guerre (d’un côté un orphelin, de l’autre, un soldat qui a marché sur une mine), et suivre les pas des héros dans la découverte d’une capitale elle aussi meurtrie par la guerre (couvre-feu, messages d’appel de familles de disparus à la radio et à la télévision). Dans les deux cas, les héros sont seuls et aspirent à reconstituer une nouvelle famille autour d’eux.

Depuis sa création, il y a cinquante ans, le cinéma africain s’est très souvent attaché à traiter de thèmes historiques, sociaux : conséquences des guerres (La Nuit de la vérité, de Fanta Régina Nacro, sorti en juillet 2005), traditions ancestrales remises en question (Moolaadé, de Sembène Ousmane, également sorti en mars 2005), relations entre ancien pays colonisés et ancien pays colonisateurs (L’Afrance, du Sénégalais Alain Gomis, sorti en 2002). L’année dernière (en 2005), au Fespaco (festival panafricain de cinéma de Ouagadougou), c’est la programmation venant d’Afrique du Sud qui se détachait ; l’Étalon de Yennenga est revenu à Drum, de Zola Maseko, qui évoquait la période de l’apartheid, tout comme Zulu Love Letter, de Ramadan Suleman, qui sortira cette année sur nos écrans. Beaucoup de cinéastes africains s’emparent ainsi de thèmes politiques, pour mettre en scène leur histoire collective, et la transmettre en dehors de leurs frontières.

Cependant, comme l’affirme Maria João Ganga dans sa note d’intention pour Na Cidade Vazia, « il serait trop aisé de tomber dans le sensationnalisme de la guerre ». Du passé du jeune héros N’Dala, on ne verra rien, si ce n’est une fugace image de souvenir d’une tuerie. La réalisatrice s’attache à suivre son parcours individuel. Symboliquement, elle s’empare du personnage de Ngunga, héros adolescent emblématique de la période révolutionnaire de l’Angola, parti seul avec son bagage, remontant le fleuve, pour voir si les hommes sont partout égaux. Dans le film, Ngunga est joué dans une pièce de théâtre par Zé, un jeune homme de quinze ans se prenant d’amitié pour N’Dala, et le recueillant. Avec la rencontre des deux jeunes garçons, la réalisatrice montre comment une rencontre peut se transformer rapidement en amitié. Mais ce ne sera pas la seule rencontre que fera l’orphelin, et l’une d’elles lui sera fatale. Fragilisés par une situation économique difficile et des souvenirs de guerre douloureux, les Angolais vivent de débrouille, allant jusqu’à utiliser les enfants. D’après le regard de la cinéaste, c’est des plus jeunes que peut venir l’avenir du pays. Des enfants encore plein de rêves, d’innocence et de spontanéité.

Joli coup que ce premier film, dans lequel les lumières célèbrent la beauté qui existe encore parmi les ruines. En bord de mer, N’Dala rencontre un pécheur, certes un peu caricatural, mais qui représente une figure de père indispensable pour un orphelin, qui lui parle de sirènes. Les beaux plans cadrés près des visages sont autant de mains tendues vers ce peuple, et vers l’horizon de l’océan d’où viennent les rêves, parfois brisés.” (Sarah Elkaïm)

 

Maria João Ganga est née à Huambo, une ville du centre de l’Angola, elle fait des études de cinéma à Paris à l’ESEC. Elle travaille ensuite comme assistante réalisatrice sur plusieurs documentaires, elle participe ainsi en 1997 au tournage du documentaire Rostov-Luanda d’Abderrahmane Sissako. Elle écrit et met en scène plusieurs pièces et dirige une troupe de théâtre pour enfant. En 2004, deux ans après la fin de la guerre civile en l’Angola pendant 27 ans, Maria João Ganga est la première femme à réaliser un film de long métrage dans le pays: Attends, la ville sera vide (Na Cidade Vazia).

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte 10 séances + adhésion annuelle
45€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte