20h

Wend Kuuni (Le don de Dieu)

Gaston Kaboré – 1982, Burkina Faso, 1h15

Il était une fois, longtemps avant la présence des Blancs en Afrique, un petit garçon qu’un voyageur trouva abandonné dans la brousse. Il l’amena au village voisin où la famille d’un tisserand le recueillit. On lui donna le nom de Wênd Kûuni, «Le don de Dieu» car le petit garçon ne parlait pas. Wênd Kûuni grandira en force et en sagesse jusqu’au jour où un événement dramatique lui fera recouvrer la parole et lui permettra de raconter sa vie et ses aventures.

Wend Kuuni, premier long-métrage de Gaston Kaboré nous place d’entrée de jeu dans ce qui sera l’une des thématiques fondamentales de son oeuvre : le questionnement sur l’identité et la recherche des racines comme préalable indispensable à toute projection dans l’avenir. C’est très certainement une problématique cruciale pour l’Afrique, mais elle est de toute manière lourde de sens pour tous les individus et sous toutes les latitudes .

L’histoire de Wend Kuuni n’est pas clairement datée, mais elle se situe quelque part au tournant du XIXième siècle, avant l’arrivée de l’homme blanc et les bouleversements apportés par la colonisation. Pour Gaston Kaboré, historien de formation, il est important que les Africains procèdent à ce retour sur leur propre histoire et qu’ils le fassent avec des mots et des images qui leur soient propres. Il en découle une forme du récit qui doit beaucoup à la structure du conte, avec des fils de narration qui s’entrecroisent, des flash-backs, des méandres et des ruptures qui nous donnent un montage d’une étonnante modernité. Le cinéma africain a donné naissance à un genre cinématographique appelé “le film de village”, décrié parfois par certains sous l’appellation “film de calebasse”… (lisez film passéiste, nostalgique des traditions, montrant une Afrique idyllique, intemporelle, rejoignant les clichés occidentaux sur les “indigènes”, etc…).

Il faut d’abord noter que si tant de films africains se situent dans la brousse c’est bien évidemment parce que ce sont les villages qui constituent encore et toujours l’armature de la société et un contrepoids souvent indispensable aux mégalopoles chaotiques qui se sont développées récemment. Mais surtout, il va se soi que ce travail de ré-appropriation de soi-même auquel sont appelés tous les Africains ne peut se faire sans remonter à la source et donc à la communauté rurale originelle.

Wen Kuuni participe de ce mouvement. Ce qui donne une description du mode de vie ancestral qui peut sembler paisible mais qu’on aurait tort, à mon avis, de considérer comme un paradis… Les valeurs de solidarité sont certes bien présentes. Wend Kuuni est accueilli dans sa famille d’adoption comme un “don de Dieu” (c’est le sens de son nom en langue Moré) et trouve assez facilement sa place dans son nouvel environnement, même s’il vient d’ailleurs et qu’on ne sait rien sur lui. Mais le film montre aussi les conflits et les tensions engendrés par les préjugés découlant directement de la tradition qui peuvent vite s’avérer un carcan mortel.

Sur ce point, Gaston Kaboré, tout comme un autre grand réalisateur de la première génération, Ousmane Sembene, se montre particulièrement sensible au sort réservé aux femmes tout au long de leur vie. Une enfance où l’éducation est généralement le privilège des garçons. Une adolescence marquée par un mariage souvent précoce et toujours arrangé. Une vie adulte où il n’y a de place que pour la maternité. Malheur à la femme stérile, et donc répudiée, mais aussi à la veuve qui n’a d’autre choix que le re-mariage dans la famille de l’époux décédé. Tout écart par rapport à ce parcours tout tracé (et plutôt universel- mis à part la toute récente exception occidentale) se paie très cher, le plus souvent par la vie. Tous les personnages féminins du film sont à ce titre tout à fait emblématiques. Que ce soit la mère de Wend Kuuni au destin tragique, sa jeune sœur d’adoption ou encore la jeune femme qui s’en prend à son vieux mari impotent.

Il est intéressant de noter d’ailleurs que Gaston Kaboré éprouvera le besoin de creuser davantage cette problématique en tournant quinze plus tard, avec les mêmes acteurs, un nouveau chapitre de la vie de Wend Kuuni, intitulé Buud Yam ( « l’herbe du lion » utilisée par les guérisseurs) où l’affrontement entre tradition et modernité prendra une autre dimension encore du fait de la confrontation avec l’homme blanc (médecine traditionnelle/médecine occidentale, magie-sorcellerie/rationalisme scientifique, superstitions, croyances, foi et préjugés de part de d’autre, etc…).

Sur le plan formel, il faut encore remarquer la très grande finesse avec laquelle Kaboré filme les paysages africains, majestueux en soit de part leur échelle et leur végétation. Ce qui frappe ici, c’est le rapport étroit entre l’homme et la nature, le sentiment d’appartenance et de respect mêlé de crainte qui empreint tous les gestes de l’homme face à son environnement. L’harmonie qui se dégage de ces plans n’est pas de l’ordre de la carte postale. On sent bien plutôt l’intimité d’un lien profond et vital auquel contribue très certainement le rythme du film. Kaboré, dès ce premier film, s’écarte des schémas de narration traditionnels grâce à un montage qui privilégie les allers et retours et retarde souvent le moment de donner au spectateur les clés du récit. Ce qui introduit une manière de suspense dans la lenteur qui est très certainement l’un des aspects les plus personnels dans l’écriture filmique de ce réalisateur.

Autre aspect du film qui montre une réelle originalité, c’est le soin apporté à la bande-son qui entremêle musique occidentale et de musique africaine de façon à la fois surprenante et significative. La musique ici ne sert pas à souligner ou à amplifier ce qui se passe à l’écran ( façon Hollywood), elle fait corps avec l’image et nous aiguille subtilement sur des pistes qui sans elle ne seraient guère apparentes. L’utilisation de la musique occidentale dans toutes les scènes qui donnent à voir le mode de vie pastoral prévalent avant l’arrivée des colonisateurs n’est certainement pas anodine. C’est peut-être même grâce à elle que le spectateur se rend compte instantanément à quel point nous ne sommes pas dans « la carte postale » De même, l’apprentissage de la flûte de bambou par Wend Kuuni nous parle plus sûrement de sa difficulté à être au monde, de sa blessure secrète et de son besoin d’expression au-delà du mutisme dont il est victime. C’est ainsi que la musique habite l’écran et lui donne une intensité artistique et émotionnelle rare au cinéma.

Ces correspondances entre image et son, entre rythme et narration, entre forme et fond sont la marque d’une oeuvre parfaitement maîtrisée, malgré le manque de moyens et d’expérience. Indubitablement, Gaston Kaboré s’inscrit-il ainsi dès son premier film dans l’histoire du cinéma africain.

Josiane Scoleri

 

 

Gaston Kaboré est un réalisateur burkinabè, né le 23 avril 1951 à Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso. C’est un metteur en scène reconnu de l’industrie cinématographique du Burkina Faso.
Il a fait ses études d’histoire à l’Université de la Sorbonne à Paris, avant de faire sa formation en cinéma à l’ESEC et il exerce son métier de réalisateur de film depuis 1976. Il a signé la réalisation de plus d’une vingtaine de films de cinéma et de télévision, dont quatre longs métrages de fiction cinéma qui ont tous connus un succès national et international remarquable. Son premier film Wend Kuuni a été primé dans le monde entier, recevant notamment le César du Meilleur Film Francophone en France en 1985, tandis que son dernier long métrage intitulé Buud Yam a reçu l’Étalon de Yennenga le 15e grand prix du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou en 1997; et a fait partie la même année la sélection de la Quinzaine des réalisateurs. Parallèlement à sa carrière de cinéaste, il a dirigé plusieurs institutions nationales et internationales, dont le Centre National du Cinéma du Burkina Faso et la Fédération Panafricaine des Cinéastes. En février 2003, il a fondé Imagine, un institut de formation continue et de perfectionnement aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel. Il est enseignant, scénariste et réalisateur de cinéma. Il a été membre du jury à la Mostra de Venise en 1994, au Festival de Cannes en 1995 et à la Berlinale en 2009.

 

 

 

 

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte 10 séances + adhésion annuelle
45€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte