Yasujiro Ozu mourut le 12 décembre 1963, jour de son soixantième anniversaire. Cinéaste de studio, il laissa derrière lui une œuvre pléthorique, encensée au Japon, ignorée ailleurs. En France, c’est à la fin des années soixante-dix que l’on commença à découvrir ses films. Il devint alors de bon ton de dire, au sujet du cinéma japonais, que Kurosawa était le cinéaste de l’homme, Mizoguchi celui de la femme, Naruse celui du couple, Ozu, celui de la famille.

> Lire la suite


Bonjour, お早う, Ohayō

de Yasujirō Ozu, 1959, 1h34

Dans une ville de la banlieue de Tokyo, la vie suit tranquillement son cours : les mères de famille s’occupent de leur intérieur tout en jalousant celui des autres, les pères se croisent au café du coin et s’inquiètent de leur retraite à venir, tandis que les fils passent leur temps à regarder la télévision chez un voisin jugé trop excentrique. Un soir, les jeunes Minaru et Isamu pressent leurs parents pour avoir leur propre poste de télévision, en vain : l’aîné se met alors en colère face à l’hypocrisie des adultes et décide de faire une « grève de la parole », aussitôt suivi par son jeune frère…


I love you ! répète à tout bout de champ Isamu. Impossible de résister à la bouille adorable et à la malice de ce petit garnement. Dans Bonjour, comme dans la plupart de ses autres films, Yasujiro Ozu dépeint la famille japonaise dans tous ses états, en proie aux changements de la société. Le langage participe à l’humour de cette chronique sociale et familiale burlesque, mais il sert aussi à interroger les rapports humains. L’anglais par exemple (la langue de l’occupant américain au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale) sert dans ce film aux enfants, à clouer le bec aux adultes et à détourner leur attention pour aller regarder les matchs de sumo, sur le poste de télévision des voisins. Ainsi, les outils de la mondialisation ne vont pas forcément à l’encontre des traditions ancestrales, semble vouloir nous dire Ozu. Le temps passe et chaque génération vit avec son temps. Le cinéaste interroge toutes les formes de communication possibles, y compris le silence, le fait de parler pour ne rien dire ou encore le langage corporel. Ce dernier est d’ailleurs l’occasion de scènes hautement burlesques qui ne manqueront pas de faire rire les jeunes spectateurs. Avec leurs copains, Minoru et Isamu s’amusent à émettre des pets en se touchant le bout du nez. Le gag pourrait être grossier mais il ne l’est nullement grâce à un bruit qui est plus proche du klaxon que de celui du pet. Sous la direction d’Ozu, la poésie n’est jamais loin de la comédie, ni de tout autre genre d’ailleurs. Bonjour, dans son éloge de la fantaisie et de l’inutile, n’est pas sans rappeler Mon Oncle de Jacques Tati, réalisé un an plus tôt en France.

Avis Benshi ( site de cinéma jeune public)

Partager cette séance

Partager l’événement facebook


Tarif de la séance

Gratuit pour les abonnés au Videodrome 2

PRIX LIBRE
Nous souhaitons que le cinéma demeure accessible à toutes et tous.
Nous souhaitons pouvoir porter la singularité de notre modèle de diffusion non commercial.
La curiosité, et le plaisir des images ne doivent pas être un privilège.
Si nous conseillons un prix, 5 euros (celui que nous appliquions jusqu’à présent), ce sera prix libre à partir de janvier 2020, pour toutes les séances organisées et portées par l’équipe de Videodrome 2, signalées en conséquence dans nos supports de communication.

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


Pour vous souvenir de ces séances, vous pouvez les ajouter à votre agenda

ical Google outlook Les séances de cinéma Les séances jeune public
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte


Toutes les séances du cycle

La Danse du lion [ 菊五郎の鏡獅子 ] et Printemps tardif [ 晩春 ] | 無
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma 

La Danse du lion, 菊五郎の鏡獅子, Kikugorō no kagamijishi de Yasujirō Ozu, 1934, 24 min
Printemps tardif, 晩春Banshun de Yasujirō Ozu, 1949, 1h48

Été précoce [ 麦秋 ] | 無
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma 

Été précoce, 麦秋, Bakushū de Yasujirō Ozu, 1951, 2h04

Fleurs d'équinoxe [ 彼岸花 ] | 無
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma 

Fleurs d'équinoxe, 彼岸花, Higanbana de Yasujirō Ozu, 1958, 1h58

Fin d'automne [ 秋日和 ] | 無
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma 

Fin d'automne, 秋日和, Akibiyori de Yasujirō Ozu, 1960, 2h08

★ Bonjour [ お早う] | 無
ical Google outlook
Les séances de cinéma Les séances jeune public
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma 

Bonjour, お早う, Ohayō de Yasujirō Ozu, 1959, 1h34

A partir de 7 ans

Le Goût du saké [ 秋刀魚の味 ] | 無
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma 

Le Goût du saké, 秋刀魚の味, Sanma no ajiLe Goût du poisson-couteau d'automne de Yasujirō Ozu, 1962, 1h57

Voyage à Tokyo [ 東京物語 ] | 無
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma 

Voyage à Tokyo, 東京物語, Tōkyō monogatari de Yasujirō Ozu, 1953, 2h16


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

ical Google outlook Les séances de cinéma Les séances jeune public
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte