Amer

de Hélène Cattet et Bruno Forzani, 2009, 1h30, VOSTFR

Ana est confrontée au corps et au désir à trois moments clefs de sa vie. Sa quête charnelle voyage entre réalité et fantasmes colorés qui deviennent de plus en plus oppressants. Une main gantée de dentelle noire l’empêche de crier. Le vent soulève sa robe et caresse ses cuisses. Une lame de rasoir effleure son corps : trouvera-t-elle le plaisir au bout de son parcours chaotique et carnassier ?

 

Amer est structuré en trois actes distincts, trois étapes de la vie de son intrigante héroïne : l’enfance (les peurs infantiles, la mort du grand-père, une vieille domestique effrayante, une villa trop grande et froide, des parents déchirés), l’adolescence (l’éveil de la sexualité et du désir qu’une fille peut éveiller chez des mâles méditerranéens) et l’âge adulte (le retour sur les lieux de l’enfance). Une vie tourmentée, entre désirs, réalité et fantasmes…

Le tandem formé d’Hélène Cattet et Bruno Forzani, deux jeunes cinéastes habitants à Bruxelles, signe ici son premier long métrage. Coproduction belgo-française à petit budget, Amer a été réalisé en suivant les préceptes de Dario Argento. Pour L’oiseau au plumage de cristal, celui-ci avait voulu travailler uniquement avec des personnes dont c’était aussi le premier long métrage… “Faute de quoi tout le monde l’aurait emmerdé en essayant de lui imposer son point de vue” ! Il en a été de même avec l’équipe d’Amer (de la technique à la production), pour qui ce fut la première expérience du genre. Et pas n’importe laquelle…

Amer est une expérience sensorielle époustouflante, à l’univers sonore raffiné (notamment les choix musicaux, qui nous replongent dans l’ambiance angoissante des authentiques gialli), au travail visuel inventif et minutieux, à la photo somptueuse (en scope, s’il vous plaît !)… Le récit, tout aussi minimaliste que les dialogues, progresse par ellipses et laisse toute sa place à la force évocatrice de l’image. Les gros plans sont à fleur de peau, les regards pénétrants. On sent les caresses et les frissons, la séduction et la peur, l’érotisme et la mort.

A l’écran, sont convoqués le langage et les codes du gothique italien, du pinku-eiga (“cinéma rose” japonais) et bien sûr du giallo. Des figures de style qui font partie de la mémoire collective des spectateurs de cinéma, tant elles incarnent des fantasmes universels : un œil qui regarde à travers une serrure, une jeune femme sensuelle, une lame de rasoir qui caresse la peau, des ombres, des animaux, des gants de cuir noir… Mais “Amer” est plus qu’un exercice de style déroutant, plus qu’une déclaration d’amour à ces “sous-genres” qu’il revisite avec brio. C’est un film à part entière, réalisé par des mains expertes… gantées de noir.

Cinema Nova

Partager cette séance

Partager l’évènement Facebook


Tarif de la séance

PRIX LIBRE
Nous souhaitons que le cinéma demeure accessible à toutes et tous. Nous souhaitons pouvoir porter la singularité de notre modèle de diffusion non commercial.
La curiosité, et le plaisir des images ne doivent pas être un privilège.
Si nous conseillons un prix, 5 euros (celui que nous appliquions jusqu’à présent), ce sera prix libre à partir de janvier 2020, pour toutes les séances organisées et portées par l’équipe de Videodrome 2, signalées en conséquence dans nos supports de communication.

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


Pour vous souvenir de cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

ical Google outlook Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte