La 18e édition d’Images Contre Nature se place sous les arcanes de la magie, de la danse et de la musique.

« Filmer la transe », programme conçu avec le festival Les Inattendus fera ainsi l’ouverture. Y sont convoqués les esprits, la tarentule, les vibrations, la liberté, dieux et diables. L’expérience se veut immersive. Ici, ce phénomène est abordé autant du point de vue du documentaire que de l’expérimental, les deux s’essayant à rendre compte de cet état d’exaltation au plus près des sensations et mouvements qu’il provoque. Cet ensemble de films s’ancre dans l’histoire et dépasse cependant le cadre ethnographique. Il est à l’image du travail effectué par les Inattendus à Lyon qui œuvre pour la visibilité et la reconnaissance d’un « cinéma (très) indépendant ».

En clôture, le mage de Marsal s’invitera sur l’écran du Videodrome 2.
2:13PM et Damien Schultz, cinéconcert sur Matkormano sera présenté en première partie de soirée. En novembre 1968, une sombre affaire de disparition d’enfants défraie la chronique. Le père, Maurice Gérard dit Matkormano, docteur ès sciences par la section culturelle psychosomatique et chalogatique de l’ordre de la Thébaïde déclare aux gendarmes que les ravisseurs avaient principalement pour but de voler une statuette parlante. Envoûtants, film et performance plongent dans les méandres d’une pensée extraordinaire et d’un lieu hors-norme, l’ashram de Matkormano.
En deuxième partie, un Jukebox Movies enflammera les corps avec un Kino Limo dédié à la musique afroaméricaine dans le cinéma : blues, jazz, soul, bossa nova… Concocté par Muriel Lefebvre, Derek Woolfenden et Guillaume Lebourg, extraits de films et interventions artistiques viendront rythmer cette performance, histoire de réveiller les morts et de faire sourire les vivants. La magie sera blanche. Il y aura de quoi voir, chanter et finir en beauté cette soirée composée avec la complicité du MUFF et du Videodrome 2.

Enfin, comme chaque année, le festival propose 8 programmes de sélection : temps, espace, perception, mouvement, sens, identité, long et animé. Les sujets les plus variés et les traitements les plus divers s’y entrecroisent. 83 films seront présentés pour 83 auteurs et 26 pays. De manière générale, la présence du found-footage ne se dément pas. Se dégage aussi la question de « je » et de l’altérité, de la description d’une réalité où se joue la place de celui qui regarde comme de celui qui est regardé. Le festival est organisé par P’Silo.

L’entrée est à prix libre.
H.B.

Le site de ICN


Programme animé – Jeune public (8 films – 33 min)

Voir le trailer du programme

Stairs
2mn19   n/b   stéréo   2016   France
de Charlotte Rabuteau
Vidéo réalisée autour du thème du for intérieur, et de la vie d’une identité psychique troublée, et plurielle. La tête devient cage, et mon personnage est comme coincé par ses propres désirs dilettantes. Sa place dans le monde est vacillante, pourtant il existe. Son rapport à l’autre est différent, la passion qui l’anime l’ancre dans la terre et l’éloigne de celle ci en même temps. Il dégringole les marches de son imagination, il pense, dort, se couche, et s’envole. Ses doutes sont constants, sa curiosité de l’autre est variable, et sa solitude vagabonde. Son intérieur, c’est un volcan en éruption. Ici, le noir et blanc n’a pas vocation à rendre le constat pessimiste et maussade. Bien au contraire, j’y vois une ballade tranquille, dans un cerveau qui a décidé de faire un pas de coté. Mon personnage en devient plus humain que les humains. En cela, cet hypersensible devient le centre de mon attention.
autoproduction
autodistribution
clip

 

Big Day (official music video)
3mn25   couleur   stéréo   2018   Argentine
de Julianna Gal
Le créateur changé par ses créations.
autoproduction
autodistribution
clip

 

The Longing Ritual
4mn10   couleur   stéréo   2017   États-Unis
de Scott Turri & Michael Arnao
Dans « The Longing Ritual » le focus est mis sur le continuum nature/culture, en particulier sur la recherche de l’expérience réelle et la connexion au monde naturel. En utilisant des images personnelles de divers rituels connectés aux cycles du comportement répétitif ; le travail représente un endroit synthétique où les barrières se heurtent à l’expérience immédiate.
autoproduction
autodistribution
clip

 

The Extinct Suite
4mn43   n/b   stéréo   2017   Allemagne
de Anna Zemlianski
Un film d’animation réalisé à partir d’environ 1700 photos imprimées au laser (collage), manipulées à la main, sur la musique de Steve Jansen.
autoproduction
autodistribution
clip

 

Divisional Articulations
4mn31   couleur   stéréo   2017   Chine
de Max Hattler
La répétition et la distorsion animent cette collaboration audiovisuelle entre le compositeur Lux Prima et l’artiste visuel Max Hattler, où la musique analogique floue et l’animation numérique géométrique entrent en collision dans une boucle de rétroaction électronique et engendrent des tableaux d’articulations divisés dans le temps et dans l’espace.
autoproduction
autodistribution
clip

 

Cigarro Azul
2mn15   couleur   sil   2017   Portugal
de Ricardo Lisboa
En filmant la fumée, en couleur, les cinéastes doivent éviter le phénomène « la fumée bleue ». « La cigarette Bleue » est une expérience de cinéma directe sur un 16mm, qui prend le temps d’une combustion de cigarettes et est rempli de cigarettes consumées. La bande a été torturée, griffée, perforée, effacée, colorée et animée : une exploration sur la volatilité du médium film, comme si c’était une cigarette et qu’on peut le fumer de toute façon.
autoproduction
autodistribution
clip

 

RGB+
5mn53   couleur   stéréo   2017   France
de Roberto D’Alessandro
Un vieil écran à tube cathodique clignote par des abstractions colorées. En tant que manifestation du medium analogique en lui-même, le bruit est laissé libre d’exprimer ses variations. La danse bruyante se fige sur le support numérique. Les algorithmes déstructurent les images afin de révéler des nouvelles formes, cachées dans les vides temporels entre un photogramme et l’autre. Le bruit numérique émerge. Cette conjonction d’éléments – qui sont traditionnellement ignorés, soit par volonté, soit par incapacité physique/mécanique à les saisir – s’exprime sous forme d’un magma bouillonnant de couleurs. Ces différentes formes de bruit, désormais isolées et libérées de tout contenu, interagissent de façon dialectique pour générer une multitude de possibilités visuelles.
autoproduction
autodistribution
clip

 

Boogie Stomp Pink
3mn34   couleur & n/b   stéréo   2017   Royaume-Uni
de Stuart Pound
Une danse Boogie exécutée par William et Maeva a été téléchargée d’internet et des sections verticales ont été prises de chaque image rangée dans 24 panneaux pour montrer le modèle et le mouvement à chaque seconde. D’abord montré au Festival d’Animation International d’Ottawa en septembre 2017.
autoproduction
autodistribution
clip

 


Le partenaire de programmation

Voir la page partenaire

 

 

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

jeune public Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

jeune public Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte