Films Femmes méditerranée s’associe avec le Goethe Institut Marseille pour présenter le film de la jeune réalisatrice allemande Anne Zohra Berrached. Nous avions présenté son très beau 24 Semaines qui s’attachait à investir la réalité d’un couple confronté à la grossesse d’un enfant handicapé. Dans Zwei Mütter (Deux mères), son premier long métrage, elle se saisit du chemin parcouru par un couple de deux femmes pour réaliser leur désir d’enfants dans l’Allemagne contemporaine.


 

 

 

 

 

Lorsqu’Isabelle et Katja décident d’avoir un enfant, elles sont loin de se douter des difficultés qui les attendent : la plupart des cliniques de procréation médicalement assistée refusent de traiter les couples homosexuels. Après des mois de tentatives coûteuses, elles décident de se détourner des procédures classiques ; commence alors le casting atypique d’un donneur potentiel.

Cette fiction, basée sur de nombreux témoignages, relate avec l’acuité d’un documentaire, le parcours du combattant des couples de même sexe désireux de fonder une famille. Mais DEUX MÈRES va au-delà de la thématique homoparentale pour traiter celle du désir obsessionnel de maternité.

 

Très habilement structuré, Deux Mères se découpe en plusieurs tableaux, séparés à l’écran par un fond noir. Chaque étape marque un saut dans le temps et illustre un moment critique de la relation entre Isabelle et Katja. En toile de fond, le labyrinthe juridique et médical qui attend, en Allemagne, les couples lesbiens qui veulent devenir parents. Comment accéder à une PMA ? Quel mode d’insémination choisir ? Comment trouver un donneur de sperme, anonyme ou non ? Comment payer les frais ? Tout faire soi-même ou rester dans le giron médico-commercial ? Partir à l’étranger ?

Anne Zohra Berrached s’inscrit dans un réalisme pudique, jamais cru, souvent tendre. Le regard se situe au plus proche des personnages, souvent cadrés serrés. Cette volonté quasi documentaire est renforcée par des plans plus éloignés, pris d’une caméra presque cachée dans le décor (derrière un pilier, un rideau, du fond d’une salle, en témoin). Un parti pris qui force le spectateur à changer de point de vue : tantôt en identification avec le couple, tantôt distancié. Autre particularité, Karina Plachetka (Isabelle) et Sabine Wolf (Katja), sont les deux seules actrices professionnelles. Les autres rôles sont tenus par des protagonistes concernés (médecins, pharmaciens,…)

L’interprétation, qui s’appuie sur un scénario très riche, est vraiment impeccable. En revanche, la caméra flottante en permanence laisse un peu perplexe. Elle a très certainement pour fonction d’accentuer l’effet documentaire. Mais cette analogie de pure forme, que rien n’étaie dans la réalisation, semble un peu artificielle. D’autant plus qu’elle reste toujours esthétique, un doux flottement auquel on finit par s’habituer ou se lasser. L’idée de décadrer les personnages est aussi intéressante, mais là-aussi. Pourquoi ? Trop appuyé, le procédé éloigne du naturel visiblement recherché.

 

Anne Zohra Berrached est née à Erfurt, en Thuringe, d’une mère prothésiste dentaire et d’un père propriétaire d’un restaurant algérien. Après avoir obtenu un diplôme en éducation sociale à Francfort, elle a travaillé pendant deux ans en tant que professeur d’art dramatique à Londres. Sa famille a passé plusieurs mois à Madrid, en Espagne et à Yaoundé, au Cameroun avant qu’elle a travaillé à Berlin en tant qu’assistante de régie au théâtre Hansa et au Ballhaus Ost.

Après un stage en tant qu’assistante de production d’une série télévisée « NACHT TAXE BERLIN » (les taxes de nuit de Berlin), elle a fait son premier court-métrage. BRISER LE CLOWN a été diffusé sur WDR et lui a permis d’intégrer l’école de cinéma. Depuis 2009, Anne Zohra Berrached étudie la réalisation à l’Académie du Film de Bade-Wurtemberg. Ses courts-métrages de fiction et documentaires seront projetés lors de festivals ainsi qu’à l’étranger.

Deux mères, son premier long métrage de fiction, a été construit dans la troisième année d’études à l’Académie du cinéma en 2013. Son film est nominé pour le prix indépendant «Dialogue en perspective» avec l’OFAJ, à l’issue de la 63e édition du Festival International du Film de Berlin.


Le partenaire de programmation

 

Voir la page partenaire

 

 

 

 

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 MarseilleCarte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

Carte Cycle 6 séances + adhésion annuelle
25€

La carte 10 séances + adhésion annuelle
45€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer