« J’ai des lunettes ; la pêche, la forme ; le sida, une hépatite C (le cancer?). Moi aussi, je voudrais bien en organiser, des soirées. J’ai moins de trente-cinq ans (encore pour quelques mois). Je suis éditeur et écrivain. Je gagne dix-huit mille francs (par mois). Je suis pour la transparence (ce n’est pas que j’aime me faire détester mais c’est the only way pour tout changer : ) »

Guillaume Dustan, Génie Divin, Balland, Le Rayon, 2001

Faire des films pour tout changer

Dans son film Nietzsche (2002), Guillaume Dustan dit qu’il a décidé d’être écrivain parce que c’est comme ça (en France) qu’on accède au discours public, qu’on peut tout changer, « détruire le système, subvertir l’ordre établi, faire que ça change, rétablir la justice, sauver la veuve et l’orphelin… ». Entre 1996 et 2004, il publie huit livres, par périodes, qui évoluent vers des protocoles de plus en plus libres de transcription de l’expérience et de la parole. Il construit et déconstruit ainsi sa pensée philosophique et politique, la précise, la répète. Ses films arrivent dans cette continuité, et permettent de la relire et l’éclairer.

Dans les années 2000, Dustan devient, comme il l’a prévu, une figure médiatique. On l’invite sur les plateaux télé pour parler de bareback et mettre en scène son excentricité. Il dira que la télé l’a tué.

Cette manipulation fera oublier la spécificité et la complexité de l’œuvre de Dustan, la permanence de ses engagements et de ses méthodes : sa parole située et concernée à l’encontre d’un universalisme dominant ; ses positions sur la nécessité de repenser la justice légaliste et répressive par une éthique du cas par cas et de la singularité (Dustan est magistrat avant de devenir écrivain) ; sa relecture de l’histoire des idées, de la littérature, de l’art, à travers un regard décentré, marginal, queer ; son énergie à défendre toutes les identités (humaines, symboliques, artistiques) qui s’émancipent de la norme – et émancipent les autres.

« Et ce serait bien si les femmes n’étaient pas des gens qu’on conditionne à la honte et si en général tout le monde n’était pas des gens qu’on conditionne à la honte, à la culpabilité, à s’écraser devant tout type de pouvoir quel qu’il soit. » ¹

Son image déformée par l’écran, il se la réapproprie dans ses films. Le droit à l’auto-définition et l’auto-représentation qui lui est cher devient un outil de production. Il réalise 19 films entre 2000 et 2004, en totale autonomie, en écrit les synopsis, et pense jusqu’à leur distribution dans son auto-filmographie qu’il rédige dans son dernier livre Premier essai.

Les films de Guillaume Dustan ne seront finalement pas montrés de son vivant, occasionnellement après sa mort, et enfin restaurés et diffusés pour la première fois dans un cycle rétrospectif en juin 2019 à Paris.

 

Ce que Dustan nous fait

Comme ses livres, les films de Dustan sont actifs. Nous avons pris la mesure de cette dimension lors du premier cycle à Paris, de la fonction libératoire et de l’utilité de l’œuvre de Dustan pour de nombreuX lecteur.rice.s et spectateur.rice.s.

Aux confins de ce que permet de libérer l’œuvre de Dustan, il y a le sexe. Le sexe est dans la vie, et pour cette simple raison, il ne l’isolera jamais. Dans ses films, il est un peu partout, des scènes de fists, de masturbation, de baise, qui ne sont jamais annoncées par des dispositifs narratifs propres à en faire des images reconnaissables et donc censurables. Pour des questions de droits à l’image, nous diffusons peu de scènes de sexe par rapport au nombre qu’il en existe dans la filmographie, mais leur existence porte ce que Dustan dit dans sa conférence « Sexe et littérature » (filmée dans Enjoy (back to Ibiza), 2001) : « I don’t like sex to be derided, because I don’t like life to be derided. »²

Il commence à faire des films à la sortie de Nicolas Pages, lorsqu’il entame une période d’expérimentations sur les manières de transmettre la parole, la sienne et celle des autres. Dans son texte pour la revue Écritures n°14 dédiée à Dustan, Pierre Dulieu appelle ça l’énonciation : « ni de la poésie, ni du roman, ni de l’autofiction, ni de l’essai. Que c’est de l’énonciation. Que c’est bizarre. Du murmure, du cri et du murmure, qui rumine une vision du monde, une vision politique. Une vision tout court. La politique du murmure, de la faiblesse extrême, des perceptions rendues intense par la faiblesse extrême, de la plainte, du bégaiement.

« Gem / Lé / Brui / Tou / Dou » ³

Car le projet de Dustan est « de donner de l’importance à des choses dont on ne parle pas et qui sont pourtant l’essence même de la définition de soi »4 . En d’autres termes, nous libérer chacun pour nous libérer touX, le droit et la responsabilité de baiser (protégé ou non), de bégayer (comme il le fait à l’écrit à partir de LXiR), de murmurer, « parce qu’on peut pas faire la révolution extérieure si on a pas fait la révolution intérieure » 5

Dans son livre (…) non publié, version maximale de LXiR Ou Dédramatison La Vi Cotidièn, il écrit à plusieurs reprises, comme un mantra :

« les conditions matérielles de production de l’individu

= la sexualité

(Beatriz Preciado)

= la pulsion de vie

(moi) »

 

La Factory

Lorsqu’il se met à faire des films, c’est aussi le moment pour Dustan de sortir du milieu gay pour aller vers le queer, celui des gender studies qu’il va publier et traduire au Rayon (la première collection française LGBTQ qu’il crée en 1999 aux Éditions Balland). Il pense l’édition comme une entreprise communautaire, ce qui l’amène à publier ses amiX ou des écrivainX, comme Wittig, Preciado, Boursier, Allison, Joanny, Cussol, Chemin, Thèves, Cooper, Rechy. Dustan veut créer une rupture dans l’histoire de la littérature et de la pensée française. Pour lui, c’est une ambition qui va avec le “dogme warholien”, replacer la jeunesse et le pop au centre :

« C’est vachement important de savoir changer d’époque. Parce que mon époque elle est finie, faut pas oublier. Dans ma chambre et tous ces trucs-là ça n’existe plus. C’est plus le même paysage mental. Alors je fais comme Warhol dans les années 70, je m’intéresse aux jeunes. Je fais une deuxième Factory. La première a déjà eu lieu, c’était Warhol. Donc, il y a la collection, qui devient une espèce de collection d’artistes, auteurs, penseurs, et de gens qui interviennent sur leur temps. » 6

Lorsqu’il filme les dessins de Béatrice Cussol dans le film perdu, son voyage à Queeruption à Londres avec Tim, sa conférence sur « Sexe et littérature » à Valence, un catalogue de Wolfgang Tillmans, ses livres et magazines de Roger, d’Hervé Gauchet, Dustan construit une iconographie esthétique et politique. En cela, ses films font aussi office de documents d’un contexte pré-gentrification, pré-pink et queerwashing. Dans sa chronique du 28 juin 2019, Paul Preciado raconte ce que regarder un film de Dustan lui a fait. Au réveil d’un rêve envahi par ce film, il se demande « si Dustan reconnaîtrait le quartier : la plupart des bars gays ont cédé la place à des boutiques de luxe, le kiosque où nous achetions jadis la presse queer internationale a été transformé en Kooples. Les quelques bars gays restants sont devenus des bastions d’exhibition hors-Tinder pour les classes blanches aisées de la ville. Les bars lesbiens et trans ont migré en bordure du quartier, vers la rue Saint-Martin ou aux abords des Arts et Métiers. La normalisation gay, la gentrification et les nouvelles ségrégations de classe, de race et de sexualité ont dessiné une nouvelle cartographie. Dans Le Marais, seules les rayures arc-en-ciel subsistent sur le sol, comme une mémoire silencieuse qui s’efface sous les voitures. » 7

La radicalité de Dustan est entièrement tournée vers une résistance à toutes formes de normalisation. C’est pour cela que ses films nous rendent alerte au monde. C’est surement sa manière de ne faire aucun consensus, de ne rien vouloir conserver, qui rend son œuvre aussi particulière, et qui fait dire à Virginie Despentes, dans sa lettre Trop de sodomie dans ta prose, que « l’époque aura digéré tout ce qui lui passait sous la dent, sauf Dustan. »

1. Guillaume Dustan, Nietzsche, vidéo DV, 2002
2. Guillaume Dustan, Enjoy (back to Ibiza), vidéo DV, 2000 et retranscrit dans Génie Divin, Balland, Le Rayon, 2001
3. Pierre Dulieu, extrait de « Guillaume Dustan », publié dans la revue Écritures n°14, « Dustan / Engagement », 2004
4. Guillaume Dustan, Nicolas Pages, « Un désir bien naturel », Balland, Le Rayon, 1999
5. Guillaume Dustan, Nietzsche, vidéo DV, 2002
6. Guillaume Dustan, Nietzsche, vidéo DV, 2002
7. Paul B. Préciado, Que faire après l’orgie? , chronique du 28 juin 2019 pour Libération

Nous dédions ce cycle à l’artiste Maïa Izzo-Foulquier.

« Aujourd’hui, cela me met tellement en colère que je rêve que je tue. Et en tuant, même en rêve, je ne fais que confirmer ma position transgressive. Je comprends que cette société n’a pas de place pour moi, que je n’en ai pas non plus pour elle, et que pour survivre en tant qu’homme libre je n’ai pas d’autre choix que celui de basculer dans la rébellion ou la délinquance. Le client un peu trop seul me demande une pipe et ne lésine pas pour aligner la monnaie. Le journaliste d’Europe 1, lui, petit soldat endormi au service du pouvoir, me demande de lui livrer une sœur, d’être complice de son système bidon et d’accepter de trahir des valeurs humaines au profit de la sacrosainte représentation médiatique. En échange, il ne me paie pas et ne me propose rien d’autre que le mirage d’une ascension sociale du trottoir à la télé-réalité. »

(extrait de « Scandale à Nice : une pute prend la parole (2/2) » de Thelma Hell aka Maïa, sur le blog Ma lumière rouge le 10 juin 2018)

Lors de ce second cycle à Marseille, dix films de Guillaume Dustan seront projetés au Videodrome 2 lors de quatre séances en salle présentées, dont une séance spéciale accompagnée d’une lecture organisée en partenariat avec le CipM de textes du Rayon par Philippe Joanny et Béatrice Cussol.

Ce cycle s’accompagne d’une journée de workshop organisée avec les Beaux-Arts de Marseille, en partenariat avec Triangle France – Astérides.


Le programme du cycle

 

Pop Life, Songs in the Key of Moi & Nietzsche | Dix films de Guillaume Dustan
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma Dix films de Guillaume Dustan
En présence de Philippe Joanny et Tim Madesclaire

Pop Life de Guillaume Dustan, 2000, 19 min
Songs in the key of moi de Guillaume Dustan, 2000, 33 min
Nietzsche de Guillaume Dustan, 2002, 62 min

 

Film perdu & Nous (love no end) | Dix films de Guillaume Dustan
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma Dix films de Guillaume Dustan
En partenariat avec le cipM
Accompagné de lectures par Béatrice Cussol et Philippe Joanny

Film perdu de Guillaume Dustan, 2000, 25 min
Nous (love no end) de Guillaume Dustan, 2000, 1h22

Nous 2 & Squat | Dix films de Guillaume Dustan
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma Dix films de Guillaume Dustan

Nous 2 de Guillaume Dustan, 2002, 1h03
Squat de Guillaume Dustan, 2002, 1h03

Suivi d'un DJ Set avec *Pé Pé & Lulu Divine*

Pietà, Poubelle & montre † lèvres | Dix films de Guillaume Dustan
ical Google outlook
Les séances de cinéma
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille

Dans le cadre du cycle cinéma Dix films de Guillaume Dustan

Pietà de Guillaume Dustan, 2001, 19 min
Poubelle de Guillaume Dustan, 2002, 1h02
montre † lèvres de Guillaume Dustan, 2004, 21 min

 Voir le programme complet des séances cinéma


Pour vous souvenir de ce cycle, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

du au
ical Google outlook Les cycles cinéma Toute l'actualité
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte


Partager ce cycle

Partager l’événement facebook


En savoir plus :

Plus d’informations sur le cycle Dix films de Guillaume Dustan, sur le site de la Galerie Treize

Voir le site de la Galerie Treize


La sélection du vidéoclub

Le vidéoclub de Videodrome 2 vous propose une sélection de dvds et bluray en lien avec le cycle


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Tarif des séances

Gratuit pour les abonnés au Videodrome 2

PRIX LIBRE
Nous souhaitons que le cinéma demeure accessible à toutes et tous.
Nous souhaitons pouvoir porter la singularité de notre modèle de diffusion non commercial.
La curiosité, et le plaisir des images ne doivent pas être un privilège.
Si nous conseillons un prix, 5 euros (celui que nous appliquions jusqu’à présent), ce sera prix libre à partir de janvier 2020, pour toutes les séances organisées et portées par l’équipe de Videodrome 2, signalées en conséquence dans nos supports de communication.

Voir les cartes d’abonnement au Videodrome 2

La billetterie ouvre 30 minutes avant le début de chaque séance


 Voir le programme complet des séances cinéma

du au
ical Google outlook Les cycles cinéma Toute l'actualité
Videodrome 2 | 49, cours Julien | 13006 Marseille Carte