Le projet de ciné-concert du Collectif Inouï sur Faust, chef d’oeuvre absolu du cinéma muet de Friedrich Wilhelm Murnau (1926), est né de deux idées concomitantes. Celle, d’une part, des trois musiciens Thomas Barrière, Bastien Pelenc et Guigou Chenevier, de travailler de nouveau ensemble après leur belle aventure artistique de 2013-2014, « Résister à la Chaîne »  avec la metteuse en scène Perrine Maurin. D’autre part, celle de Patrick Guivarc’h du Cinéma Utopia et de Guigou Chenevier de présenter en décembre 2015 un ciné-concert ravageur, et ravagé, au public de la Nuit du Fantastique , ébahi déjà il y a une dizaine d’années, par The Unknown de Tod Browning, du Collectif Inouï. Au cours de leur travail de composition musicale, les trois musiciens ont constamment été portés par la force et la beauté du film, leur ligne artistique a toujours été dictée par le désir de servir au plus près la démesure de ce film.


“Un des films les plus ambitieux de l’histoire du cinéma tant sur le plan thématique que formel. Murnau, dans son dernier film allemand, a voulu dépeindre l’affrontement entre Dieu et le Diable, entre l’ombre et la lumière (…). A la place d’une expression trop simpliste, schématique, et manichéenne des grandes luttes qui façonnent l’univers, surgissent une succession de visions magiques, où la lumière et l’ombre s’enlacent, s’empoignent, se mélangent selon des rapports de force plastiques et dynamiques toujours changeants et imprévisibles
Jacques Lourcelles

 

Faust

Friedrich Wilhelm Murnau – 1926, Allemagne, 1h46


Dans les nuées célestes, l’Archange de lumière, symbole du Bien, dresse sa rayonnante stature contre Méphisto, le Mal incarné. Celui-ci se fait fort de triompher par ses maléfices de l’intelligence humaine : il choisit comme victime le Dr Faust, vieil alchimiste célèbre par ses travaux et sa piété. Comme prélude à son œuvre funeste, Méphisto déchaîne la peste sur le monde. Impuissant à conjurer le fléau, Faust invoque le Prince des Ténèbres. Par magie, l’épidémie cesse. Puis Méphisto entraîne Faust sur un tapis volant et lui fait miroiter les merveilles et les jouissances terrestres : pressé d’y goûter, Faust demande que lui soit rendue la jeunesse. En échange, il vend son âme.

Thomas Barrière : guitare-composition
Bastien Pelenc : clavier, violon-machines, composition
Guigou Chenevier : batterie, marimba, clarinette, machines, clavier-composition
Emmanuel Gilot : son

Ils se sont  attelés aussi humblement que possible à l’écriture d’une partition extrêmement riche au niveau des timbres, des nuances et des intentions. Guitare électrique, violon, claviers, batterie, marimba, clarinette… l’instrumentarium utilisé par le trio parle de lui-même pour définir leur musique. Une musique totalement électrique, harmoniquement généreuse. A l’image d’Emil Jannings qui interprète dans le film de Murnau un Méphistophélès d’un cynisme, d’un humour et d’une violence incroyable, la musique du trio joue constamment sur des ruptures entre énergie brute, écritures savantes, violence rentrée ou humour décalé. Dans la dernière ligne droite de cette création, ils ont été rejoints par l’incontournable « Master of Sound » Emmanuel Gilot qui a parachevé la création musicale de FAUST, avec l’installation d’un dispositif de diffusion adapté, avec finesse et bon goût.

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte