Un film majeur pour finir ce cycle, Milestones, qui dans la continuité de Ice, dépeint le désenchantement des mouvements contestataires qui ne voulaient plus d’un système américain impérialiste et basé sur la course au profit.

Milestones
de Robert Kramer et John Douglas – 1975, États-Unis, 3h19, VOstFR, Copie 35mm

Le film dresse le portrait d’une Amérique qui change à travers les témoignages de hippies, de fermiers, d’activistes politiques, d’immigrés ou d’américains de souche. Dans le contexte de la guerre du Vietnam et de la contre-culture, ils tâchent de réconcilier leurs idéaux avec le mode de vie américain.

Milestones, c’est le Feu, l’Eau, l’Air, la Terre, l’Homme. C’est une vision de l’Amérique des années 70 ; c’est aussi un voyage dans le passé et dans le futur. C’est un film avec beaucoup de personnages. Des gens qui sont conscients d’avoir reçu en héritage le génocide des Indiens et l’esclavage des Noirs et qui étudient le passé pour corriger les erreurs du présent – la tentative de génocide du peuple vietnamien…

« Ice avait établi une dichotomie : détermination, discipline et volonté révolutionnaires, s’opposant aux nécessités de la croissance personnelle et à l’examen de la « politique » de notre vie quotidienne. Cette politique – qui englobe la complexité des relations entre hommes et femmes, la question des enfants, de la vieillesse, de la sexualité et de la continuité de l’histoire d’une culture – avait été largement ignorée ou refoulée par les militants d’Ice.
Milestones ouvre la porte à cet aspect de l’équation. Différentes vies, différentes situations, s’entrecroisent dans une série d’histoires de vie quotidienne qui traversent les États-Unis avec leurs participants. Comme les barreaux d’une cellule de prison, des blocs de matériau visuel concernant les Indiens d’Amérique, l’histoire de l’esclavage des Noirs et la guerre du Viêt-Nam, interrompent ces récits quotidiens, rappelant constamment les limites de toute transformation profonde au niveau personnel, rappelant les motifs des réactions vues dans Ice : des ombres portées par une réalité sociale plus grande qui est partout, à l’extérieur et à l’intérieur des personnages. »
(Robert Kramer, For the Italian Catalogue, 3 November 1980, Paris)

 

 


Voir toutes les séances du cycle

 

 

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 MarseilleCarte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte Cycle 6 séances + adhésion annuelle
25€

La carte 10 séances + adhésion annuelle
45€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer