Anne-Marie Lallement est une cinéaste « marseillaise de coeur », dont l’oeuvre s’étend sur près d’une quarantaine d’années. Elle nous a sollicités pour organiser un cycle de projections autour de son travail.

« On ne fait jamais qu’un seul et même film. Mes films et ma vie sont pleins d’étrangers… Du tout premier, réalisé dans les années 70, parallèlement à mon travail d’assistante réalisatrice, à la télévision,avec une bande de copains espagnols, réfugiés du franquisme au dernier que j’ai terminé en 2014, PIRINDOLO DE TUDELA, en passant par le portrait de Robert Kramer, achevé en 1996, trois ans avant la mort de cet immense cinéaste américain, qui vécut une vingtaine d’années en France, en passant par M COMME MALIKA(1980) ou JUAN ET MARIA, ou encore RENCONTRES AU CANAL SAINT MARTIN, où je parle de Pablo, Yaya ou Khalid, tous ces films parlent de personnes dont l’identité a été bousculée par la grande Histoire…

Il en est de même de RETOUR A LA BOULE D’OR, où je retrouve les protagionistes d’UNE HISTOIRE D’EMIL ET JOAQUIN, et d’UN VOYAGE SUR LA TERRE, fiction documentaire de 2012, où je joue mon propre rôle en recherche d’un ami journaliste algérien connu il y a longtemps, et qui démarre par les retrouvailles avec un vieil amoureux, Melvin, cinéaste romancer et musicien noir américain. Je me suis toujours sentie un peu déplacée, marginale comme on disait il y a quelques années, de l’école religieuse où j’ai fait mes études, à l’IDHEC où j’ai étudié le cinéma, que j’ai suivi dans un brouillard opaque après une dépression nerveuse contractée dans une université américaine au fin fond de la Virginie, où j’étais assistante de français. »

 


18h
ROBERT KRAMER, ITINÉRAIRE D’UN FILMMAKER
Anne-Marie Lallement, France, 1986-1996, 52 minutes

« Un jour où l’autre, tous les films que je fais formeront un unique et long film. Une histoire en continuel devenir, le compte-rendu détaillé d’une conscience qui se déplace à travers les lieux et les époques, essayant de survivre, de comprendre, de trouver une maison adéquate et au long de tout ce chemin vivant avec les images, la forme-film, comme une unique pratique qui unifie ce projet. » Robert Kramer

Voici un portrait attachant de Robert Kramer, cinéaste qui resta toute sa vie un franc-tireur inclassable. Né en 1939 à New York, Kramer compte parmi les metteurs en scène les plus originaux du cinéma indépendant américain et français. Auteur de plus de trente films, il fonda sa société Alpha 60 et coproduit avec Blue Van ses premiers films : in the Country en 1966 et The Edge en 1967. Il réalise ensuite, parmi les films les plus connus, Ice en 1969, Milestones en 1975 et Route one USA en 1989. Il est décédé le 10 novembre 1999.

Américain devenu Parisien, documentariste plongé dans la fiction, militant d’extrême gauche indépendant de toute organisation, Robert Kramer commence à filmer dans les années 1960, années d’insurrection contre l’exploitation, l’Etat, la famille traditionnelle, la consommation et surtout la guerre du Vietnam. Ses films arpentent l’Amérique en explorant de nouvelles formes. Il vit alors en communauté, gagne sa vie comme camionneur, exalte toutes les révoltes. Lorsqu’il s’installe en France, sa vie prend un tour plus classique, mais l’utopie ne la quitte pas. Ses chemins croisent ceux de Serge Daney et de Guy Debord. En expérimentant la « lettre-vidéo », Kramer s’exerce à « parler et filmer en même temps ». Son art, sans être autobiographique, abolit les limites entre vie et œuvre, au risque de faire sentir le vide et les trébuchements.

Empruntant à Robert Kramer l’image de la route et des bornes, le film propose un itinéraire chronologique en quelques chapitres : « Amérique », « Vietnam », « Mythologies »…et pour finir, « Le Métier de vivre ».

 

 

20h
UN VOYAGE SUR LA TERRE
Anne-Marie Lallement, France, 2011, 1h13
Avec Anne-Marie Lallement, Jean-Pierre Bastid, Melvin Van Peebles

Ce docu- fiction, réalisé en 2011, a mis de longues années à voir le jour.

J’ai écrit son scénario il y a plus de 10 ans, et à l’époque j’espérais faire une vraie fiction avec une vraie actrice…. Le temps passant j’ai réduit mon ambition, et décidé de jouer moi même le rôle de cette femme, par ailleurs très proche de moi, qui part à la recherche d’un journaliste algérien qu’elle a connu il y a prés de 30 ans en Algérie, et dont le souvenir la hante. Elle renonce à traverser la mer, parcourt la France, et va en Andalousie, retrouver un ami espagnol, ami de ce journaliste.

Le film commence de façon très documentaire, puis prend un aspect fictionnel dés que la femme arrive à Marseille ; elle a avec elle un scénario qui évoque cette histoire. Film en abîme cathartique, c’est aussi un road-movie qui revisite plusieurs moments de la vie de cette femme. A la fin de son voyage, elle comprend que sa recherche était peut être différente de ce qu’elle pensait au départ.

 

 

22h
UNE FAMILLE FRANÇAISE

Anne-Marie Lallement, France, 2015, 45 minutes

Aprés Charlie… envie de dire ce qu’est une famile française ! Je viens de récupérer lettres et archives de ma mère décèdée en 2008 ! Il est temps de raconter son histoire, notre histoire : famille catho classique, père mort en déportation pour avoir sauvé une famille juive.. et aujourd’hui dans la dernière génération, une demi kabyle, une demi israélienne ! Bref une vraie famille française !

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

Les séances de cinéma
Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Les tarifs des séances cinéma

Adhésion annuelle indispensable à l’association
à partir de 3€

5€ la séance
2€ pour les moins de 14 ans
2€ pour les séances jeune public

La carte 10 séances + adhésion annuelle
45€

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer