QU’EST-CE QUE C’EST?

Videodrome 2 est avant tout un projet né de la volonté de rencontrer, d’échanger et d’expérimenter.
Projet porté par la SCOP DCA (Diffusion Cinématographique Alternative) et l’association Solaris en charge de la coordination de programmation, il souhaite offrir un lieu unique et polyvalent dédié à la diffusion cinématographique et la cinéphilie.

Situé au cœur de Marseille au 49 cours Julien, il réunit un vidéoclub au catalogue locatif de plus de 5400 films, de la rareté aux classiques en provenance des 4 coins du monde, un bistrot ou café-cinéma et, enfin, une salle de cinéma de 49 places accueillant 6 projections hebdomadaires non commerciales.

La programmation de la salle de cinéma est le fruit d’un travail commun avec de multiples partenaires de programmation (le Goethe Institut, Image de Ville, l’Embobineuse, Data, les Rencontres des Cinémas Arabes…), professionnels et amateurs réunis en un collectif.

 

QUI SOMMES-NOUS?

Nous nous sommes constitués en collectif élargi de salariés, à fonctionnement transversal. Chaque travailleur de ce lieu participe de l’ensemble de son fonctionnement : la salle de cinéma et sa programmation, le vidéoclub et le bar.

Nous tentons de subvenir aux besoins que nécessite le Videodrome 2 et sa programmation quotidienne. Aujourd’hui, peu subventionné par les instituions et collectivités territoriales, Videodrome 2 tient le cap grâce à votre présence en salle et à votre adhésion symbolique et financière à hauteur de 3 euros par an. Sans rien vous cacher, les ressources principales du lieu proviennent du fonctionnement du bar et nous permettent de nous salarier au SMIC à temps complet ou partiel, de développer mensuellement les acquisitions du vidéoclub et de vous proposer tous les jours des moments de cinéma dans un cadre non commercial.

Notre projet s’est construit sur le socle suivant : faire vivre une programmation éclectique collective, construite sur des bases partenariales et exigeantes, hospitalière de toutes formes cinématographiques, afin de décloisonner les publics et de donner une place active au spectateur. Comment penser des programmations qui soient de nouveau le lieu de la formulation du rapport entre le spectateur et le cinéma, son histoire et ses pratiques ?

Nos axes éditoriaux s’articulent principalement sous forme de cycles qui tissent les films entre eux. Ils mettent en valeur et rendent accessible le cinéma dit patrimonial tout en faisant la place à la création contemporaine dans ses enjeux les plus hybrides et expérimentaux.

Nous ne sommes pas un prescripteur culturel, nous ne sommes pas dans un régime d’expertise au cinéma, mais d’exigence du regard. Nous sommes les premiers spectateurs : de la même manière que chaque personne extérieure a à découvrir de ce que nous lui proposons, chaque membre de l’équipe a à découvrir des programmations qu’il n’a pas commises. Parce que chacun ici défend des goûts cinématographiques propres, la programmation générale présente un caractère d’éclatement et d’hétérogénéité qui nous paraît essentiel. Le travail de partenariats multiples avec différents acteurs de la vie culturelle, artistique et sociale locale (et pas que..) participe de la même dynamique. Videodrome 2 s’est construit en tentant de s’approprier l’histoire des ciné-clubs, et en s’inscrivant dans une pratique partagée du cinéma et de l’acte de programmation. Les cartes blanches ouvertes aux amis du lieu en sont l’expression.

Videodrome est membre du réseau KinoClimates et signataire de la Charte Filmprojection21, en ce sens, nous privilégions les copies d’origine (35mm et 16mm) car continuer à être capable de projeter les films sur ces supports n’est pas un luxe. C’est une continuité nécessaire et logique que de préserver la possibilité de cet émerveillement singulier que constitue la projection d’une copie film à l’ère du tout numérique.

La terrasse de Videodrome 2, sur le Cours Julien à Marseille


La revue de presse         2013/14 : La création du nouveau lieu

La salle de cinéma de Videodrome 2 à Marseille