Pendant 5 jours, la 17ème édition du festival international de vidéo expérimentale Images Contre Nature présentera films et performances.

 

En premier lieu, la sélection : 84 films répartis en 8 programmes. Ils ont Taïwan, Cuba, l’Inde, la Norvège, le Liban la Suède, les États-Unis ou encore la Chine, la Biélorussie, la Belgique pour provenance. A leur diversité géographique s’ajoute une diversité de sujets et de traitements. Bien que sèches, les grenouilles s’animent. On écarte les voiles opaques des secrets de famille. La violence et la guerre côtoient les instants heureux et colorés où l’enfance tient souvent le premier rôle. Delon aime Ronet. L’animation se mélange aux prises de vues. Mélancolie, folie, médicaments, méandres solaires et sombres, l’introspection est méticuleuse, sans tabou. Tout tourne. Les techniques sont multiples, pixilation, lumière, peinture ou found-footage, beaucoup de found footage. Un recyclage d’image à la fois critique et esthétique qui pointe le pire et joue du meilleur.

 

En second lieu, l’ouverture et le clôture. Cette année, nous nous associons avec le Videodrome 2, le festival Tours Courts, Dodeskaden et le MUFF pour embellir notre programmation. En ouverture, le programme Corps scientifique / Corps fantastique concocté par le Tous Courts en 2004, sera rediffusé. Un mélange étonnant et détonnant, un voyage par le corps, une observation distante et intime de ce que nous sommes. En clôture, Dodeskaden, MUFF et Videodrome 2 bousculerons les codes : images et sons combinés en 3 performances avec Xavier Quérel, Jean-Luc Gergonne, Cati Delolme, Lewis & Clovic. Projecteurs 16 mm, chants, sons, musiques et pellicules sautillantes pour jouer du cinéma et provoquer nos imaginaires.


Programme Animé – Jeune Public – 9 films – 34 mn

Voir le trailer de la programmation

Chicken Film
de Rob Butterworth – 3mn20 couleur mono 2016 Canada
sadescription

Je me suis assis à l’ombre d’un saule de la ferme. Un endroit tout à fait immergé de fissures irisées de lumière à travers les feuilles. Un endroit super chargé au passé partagé. Microstructures dans la lumière identifiée par mes souvenirs de ce lieu, les gens, les événements et leur connexion au présent. Sons du vent. Douce nourriture de poulets. Guitare ludique pratiquée par ma fille Lexie assise à côté de moi. Si cet endroit et la mémoire et le temps ont une irisation, pourrais-je trouver un moyen de préserver les yeux de la gauche ; le jardin. Les yeux de la droite ; les poulets. Les yeux de devant ; Lexie et sa guitare. « C’est un film ! », m’écriai-je et je me levai sur mes pieds pour retrouver ma caméra bolex. Vent de la caméra, filmer à gauche. Vent de la caméra, filmer à droite. Vent de la caméra, filmer devant. Actuellement une unique pellicule de 100 pieds. Main traitée et main tonique cet après-midi. Un moment brillant qui aurait pu être perdu à tout jamais, ramené à la vie par une ampoule de projecteur dans la grange ce soir-là. Un moment que je peux tenir dans ma main. Un moment qui n’a besoin que d’être tenu par la lumière et être partagé.
autoproduction
autodistribution

 

Katagami
de Michael Lyons – 3mn15 n/b sil 2016 Japon

sadescription

Animation stop-motion réalisée en photographiant et en re-photographiant des stencils antiques de kimono résistant à la teinture en positif et en négatif. Des changements spatiaux et des variations dans les éléments des motifs répétitifs génèrent un mouvement apparent. Filmé en Super 8 et développé à la main avec du matcha (thé vert en poudre).
autoproduction
autodistribution

 

Dimensions
de Sandra Eber – 5mn40 n/b stéréo 2016 Canada

sadescription

Une simple et unique boucle en couche, décalée, multipliée, soustraite, et inversée jusqu’à ce qu’elle devienne méconnaissable. Le noyau est toujours présent même lorsqu’il n’est plus apparent. Comme avec l’atome, la variété des possibilités à partir d’une simple base est potentiellement infinie.
autoproduction
autodistribution

 

Jane, Tarzan ez horren guay
de Bego Vicario – 3mn23 couleur stéréo 2016 Espagne

sadescription

Réinterprétation de la fameuse scène où Tarzan & Jane nagent ensemble, à partir du film « Tarzan et sa compagne » (1934, Cedric Gibbons) où couleur, formes abstraites et rythmes parlent d’un changement de paradigme.
production : Eduardo Elosegi
distribution : Eduardo Elosegi

 

Chronoscope
de Sara Bonaventura – 3mn22 couleur stéréo 2016 Italie

sadescription

« Rien dans une chenille ne vous dit qu’elle va devenir papillon. » R. Buckminster Fuller. Le concept de déclenchement principal est ce que nous appelons ici « decrescita felice », la décroissance, en se concentrant sur la durabilité. « Chronoscope » est une façon de voir le passé, mais si le passé nous en disait plus sur l’avenir que nous ne le pensons habituellement ? Nous sommes maintenant au point où nous devrions faire un pas en arrière. L’éphémérisation n’est peut-être pas la réponse, mais le papillon, symbole de l’éphémère qui signifie pour les systèmes de la nature, l’auto-organisé, l’auto-régulé, l’auto-suffisant – toujours en évolution – peut nous aider à Re-imaginer une approche écologique.
autoproduction
autodistribution

 

Dead Reckoning
de Paul Wenninger & Susan Young – 2mn47 couleur stéréo 2017 Autriche

sadescription

Le film suit le cycle de la vie et le rythme d’une ville. Les lieux filmés montrent combien Vienne a été influencée par les cultures du monde entier. Le squelette animé, qui incarne un serveur malpoli, symbolise l’humour noir des Viennois…
production : Kabinett ad Co.
distribution : Films de Force Majeure

 

Disco
de Boris Seewald – 2mn couleur stéréo 2016 Allemagne

sadescription

Une vidéo musicale réalisée manuellement à partir de 1250 tableaux environ sur papier. Les mouvements des danseurs apparaissent lisses et sans faille, simultanément juxtaposés par les variations scintillantes de chacune des nouvelles esquisses, créant un contraste intéressant de désordre chaotique et de linéarité gracieuse.
autoproduction
distribution : Nils Strüven Shortfilmdistributions

 

Black Line
de Matt Abbiss – 1mn20 n/b sil 2015 Royaume-Uni

sadescription

C’est un film sur une ligne noire. Fabriquée par de la peinture sur une TV. (Parfois, il y a plus de ligne noire sur l’écran, et parfois il y a aussi des lignes grises en quantité, donc le titre est très trompeur).
autoproduction
autodistribution

 

What Goes Around Comes Around
de Mike Celona – 6mn02 couleur stéréo 2016 États-Unis

sadescription
Une pièce abstraite dans laquelle les images synthétisées ont été transférées sur bande VHS, re-mélangées par un processeur vidéo analogique, puis de nouveau dans un ordinateur. Le titre fait allusion aux signaux entre manipulations numériques et analogiques ainsi qu’aux images solaires / planétaires émergeant des abstractions.
autoproduction
autodistribution

 


Le partenaire de programmation

Voir la page partenaire

 

 

 

 


 

Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

jeune public Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 MarseilleCarte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer