Le cycle « À l’aventure! » prend fin avec Mia et le Migou de Jacques-Rémy Girerd. Cette fois-ci, on part à l’aventure en Amérique du sud avec Mia, une fillette de 10 ans.

À partir de début mai, on commence un nouveau cycle cinéma autour du sable et de ses différentes propriétés..

Mia et le Migou
de Jacques-Rémy Girerd – 2008, France, 1h30

Mia, une fillette d’à peine 10 ans, quitte son village natal quelque part en Amérique du Sud pour partir à la recherche de son père qui travaille sur un chantier visant à transformer une extraordinaire forêt tropicale en complexe hôtelier de luxe. Pour ce faire, elle doit franchir une montagne entourée d’une immense forêt peuplée d’êtres mystérieux. Son chemin va croiser celui d’Aldrin, fils du promoteur immobilier, qui souffre lui de l’absence d’amour paternel. Ensemble, ils vont tenter de sauver l’arbre de vie et les migous qui le protègent. Une expérience et un voyage inoubliable dont ils ressortiront grandis…

« Après le déluge (La Prophétie des grenouilles), la déforestation. Fidèle aux thèmes qui lui sont chers, Jacques-Rémy Girerd nous transporte à nouveau dans une fable écologique, entre récit initiatique et film d’aventures. Judicieusement mis en scène à travers un montage alterné, les chemins de Mia et Aldrin vont finalement converger au cœur d’une immense forêt menacée de destruction, autour de l’arbre sacré – garant de la vie sur Terre – et de ses étranges gardiens : les migous. Le film devient drôle dès lors qu’ils interviennent, et plonge surtout dans un univers un peu fantastique qui n’est pas sans rappeler celui de Mon voisin Totoro. Avec l’arbre à l’envers – ou l’Arbre de Vie -, ils constituent une des plus belles trouvailles et toute la richesse poétique et symbolique de ce film. Jacques-Rémy Girerd signe ici un scénario efficace avec ce qu’il faut de rebondissements, de suspense mais également de tendresse et de poésie. Il y est question de réchauffement climatique, de fonte des glaces, de cupidité humaine et de destruction de la nature, mais plus simplement aussi de famille, d’amitié et de respect. Le tout est porté par un graphisme d’une grande qualité artistique signé Benoît Chieux. L’animation artisanale – le trait crayonné inspiré des plus grands peintres impressionnistes – associé à ce qu’il faut d’effets spéciaux réalisés par ordinateur est une véritable réussite. Cette belle fable universelle au sujet très ancré dans la modernité résonne parfaitement avec notre réalité et ne pourra qu’être source de débats et de discussions en famille. »
(Source : Benshi)

 

 


À l’aventure!

Voir toutes les séances du cycle

 

 


Pour vous souvenir cette séance, vous pouvez l’ajouter à votre agenda

jeune public Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte

 


Trouver la salle de cinéma

Videodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille

Voir le plan d’accès


Le tarif des séances jeune public :
2€ pour les enfants et les adultes

Ouverture de la billetterie 30 minutes avant le début de chaque séance


Voir le programme complet des séances cinéma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

jeune public Les séances de cinéma
Videodrome 2, 49, Cours Julien, 13006 Marseille Carte